Explosions sur un pétrolier iranien : de possibles frappes de missile

Explosions sur un pétrolier iranien : de possibles frappes de missile

Ce vendredi matin, vers 5 heures, deux frappes de missiles présumées ont frappé le Sabiti, un pétrolier iranien en mer Rouge, à une centaine de kilomètres du port saoudien de Djedda.

"Tous les membres de l'équipage sont sains et saufs", a ajouté la compagnie, précisant que le navire se dirigeait vers les eaux du Golfe et que les personnes à bord tentaient de réparer les dégâts.

Cet incident piquait au vif les marchés qui avaient déjà réagi spectaculairement mi-septembre lors de frappes - attribuées par certains à l'Iran - contre deux sites pétroliers du géant Aramco dans l'est de l'Arabie saoudite, le plus gros exportateur mondial d'or noir, précipitant une chute brutale de sa production. Sur des photographies qu'elle a diffusées, et datées de vendredi, le pont du navire ne parait pas endommagé.

Les explosions ont causé une fuite de pétrole en mer Rouge, selon l'agence semi-officielle Isna.

Il rappelle en outre que le WTI et le Brent "étaient déjà en hausse en raison des espoirs sur le commerce sino-américain, et l'attaque sur le tanker n'a fait qu'alimenter ce mouvement", selon lui.

Une enquête est en cours sur "cet acte irresponsable", a affirmé Abbas Moussavi, porte-parole de la diplomatie iranienne.


TankerTrackers, qui surveille les exportations de pétrole, a déclaré croire que le pétrolier transportait du pétrole en Syrie.

L'incident de vendredi est le dernier d'une longue série dans la région, après notamment des attaques en Arabie saoudite, des saisies de pétroliers dans le Golfe et la destruction d'un drone américain par Téhéran.

L'attaque présumée intervient après que les États-Unis eurent affirmé que l'Iran avait attaqué ces derniers mois des pétroliers près du détroit d'Hormuz, à l'embouchure du golfe Persique, ce que Téhéran a démenti.

Après ces attaques, les Etats-Unis avaient affirmé être "prêts à riposter" et avaient annoncé l'envoi de renforts militaires dans la région.

Ces attaques de septembre ont réveillé la crainte d'un affrontement militaire avec l'Iran, alors que Washington et Téhéran ont frôlé l'affrontement militaire direct en juin. Selon la NTIC, le navire aurait été la cible de deux frappes de missile.

En mai et juin, Washington avait imputé à l'Iran des attaques et des actes de sabotage contre des pétroliers dans la région du Golfe.

Articles Liés