Crise à Hong Kong : Blizzard bannit un pro-player Hearthstone

Crise à Hong Kong : Blizzard bannit un pro-player Hearthstone

Ils n'acceptent pas que cette dernière ait suspendu le joueur Ng Wai Chung, connu aussi sous l'appellation Blitzchung, après qu'il ait déclaré soutenir les manifestants pro-démocratiques à Hong Kong. L'entreprise a alors immédiatement décidé de suspendre le joueur professionnel de compétition pendant un an et de lui retirer ses gains (environ 10 000 euros). Pour justifier une telle sanction, Blizzard a expliqué que le joueur avait enfreint le règlement de la compétition qui précise qu'un joueur qui "offense une partie du public ou porte atteinte à l'image de Blizzard" s'expose à des répercussions. Les joueurs expriment leur désaccord avec une campagne #BoycottBlizzard, un caster Hearthstone de premier plan a stoppé son activité, et l'affaire est sortie de la sphère du gaming, avec des sénateurs américains comme Marco Rubio (Floride) condamnant la punition. Par exemple, un joueur de l'incontournable World of Warcraft a fait part de sa déception, sur le même forum: " J'ai vraiment beaucoup aimé WoW Classic.

Par ailleurs, la réaction de Blizzard a logiquement entrainé des effets contraires: pendant une retransmission d'un tournoi de Hearthstone en direct sur Twitch, une des équipes n'a pas manqué de brandir un panneau "Free Hong-Kong". La diffusion a continué comme si de rien n'était, mais l'image des protestants a été brusquement coupée.

Des employés de l'éditeur ont également recouvert en guise de protestation les slogans "Pensez mondial" et "Chaque voix compte", inscrits autour d'une statue au siège de l'entreprise.


Pire encore: depuis mercredi, de nombreux joueurs se plaignent de ne pas pouvoir supprimer leur compte Blizzard. Pour l'heure, l'entreprise semble tenter de réprimer la polémique pour éviter qu'elle ne gonfle encore.

Actuellement, la Chine représente un des marchés les plus intéressants pour Blizzard, il est donc dans l'intérêt économique de l'éditeur de ne pas vexer Pékin en acceptant les critiques pro Hong-Kong. On sait également que Tencent, géant chinois des télécoms, possède Activision Blizzard à hauteur de 5%, ce qui pourrait être l'une des raisons pour laquelle le studio tente d'éviter les vagues. Reste à attendre une prise de position officielle de la part de Blizzard.

Articles Liés