DIRECT - Hommage aux policiers tués à la Préfecture de police de Paris

DIRECT - Hommage aux policiers tués à la Préfecture de police de Paris

Le président français Emmanuel Macron a rendu hommage, lors d'une cérémonie mardi, aux quatre victimes de l'attaque de la préfecture de police de Paris, survenue il y a cinq jours.

Puis, à 11 heures, Emmanuel Macron, accompagné du Premier ministre Édouard Philippe et des ministres de la Justice Nicole Belloubet et des Armées Florence Parly, présidera une cérémonie au cours de laquelle il prendra la parole. "Christophe Castaner, le ministre de l'intérieur, qui a fait preuve de la même précipitation et de la même imprudence que lorsqu'il avait dénoncé, mal à propos, en mai, une attaque de " gilets jaunes " contre l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, avait déclaré beaucoup trop rapidement que le tueur " n'avait jamais présenté de difficultés comportementales ". Pour l'instant, nous n'avons pas de raison de penser qu'il a pu transmettre des informations, a déclaré dimanche sur la chaîne d'information BFMTV le secrétaire d'État à l'Intérieur, Laurent Nuñez.

La journée n'est pas terminée pour Christophe Castaner, qui a été auditionné à huis clos avant la cérémonie par la délégation parlementaire au renseignement sur d'éventuels "dysfonctionnements" ayant permis l'attaque.

Depuis l'attaque, de nombreuses voix accusent les autorités et cherchent à comprendre comment Mickaël Harpon a pu passer sous les radars.

L'opposition, à droite et à l'extrême droite, exige sa démission, exclue par l'intéressé qui a toutefois reconnu un "dysfonctionnement d'Etat".


Né à Fort-de-France (Martinique, Antilles françaises), Mickaël H. s'est converti à l'islam il y a une dizaine d'années, a indiqué samedi le procureur antiterroriste Jean-François Ricard.

Mickaël Harpon travaillait au sein des services de renseignements, et était habilité secret défense. Il est en effet inconcevable que les services ne soient pas capable d'identifier dans la "maison" les dormants comme cet individu qui, on le rappel, a tué 3 policiers et un agent administratif.

Deux enquêtes administratives confiées à l'Inspection générale du renseignement ont été ouvertes par le Premier ministre Edouard Philippe.

Sans attendre les conclusions, espérées pour la fin octobre, Christopher Castaner a tenté d'éteindre la polémique en demandant que toute alerte liée à la radicalisation fasse désormais "l'objet d'un signalement automatique", sans plus de précisions. Selon les informations du Parisien, les enquêteurs ont retrouvé chez l'auteur de la tuerie à la préfecture de police de Paris une clé USB contenant des vidéos de propagande de Daesh, mais surtout " des coordonnées et des données personnelles " sur plusieurs dizaines d'employés de la préfecture de police de Paris.

Articles Liés