Clé USB retrouvée chez Michael H.: milliers de policiers en danger?

Clé USB retrouvée chez Michael H.: milliers de policiers en danger?

La cérémonie d'hommage aux victimes, qui se tiendra dans la cour de la Préfecture se déroulera en deux temps. Selon un rapport du service de la préfecture de Paris où travaillait l'informaticien de 45 ans, il respectait le ramadan et avait " sollicité, une seule fois en 2018, une autorisation d'absence pour se rendre à la mosquée en période de ramadan ".

Avant cela, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner remettra la Légion d'honneur, à titre posthume, aux quatre victimes, dont une femme. Mais aussi des enquêtes de police, des synthèses d'enquête et des notes de service. Pourtant, après l'attaque à la préfecture qui a fait quatre morts dans les rangs des policiers, Christophe Castaner est entendu ce 8 octobre par la délégation parlementaire au renseignement, à huis clos, puis, par la commission des Lois de l'Assemblée nationale, et par celle du Sénat le 10 octobre.


Quatre jours après l'horreur, les questions sur le degré de radicalisation de Mickaël Harpon se multiplient. "L'urgence est à l'évaluation des données auxquelles Mickaël Harpon a pu avoir accès, analyse un commissaire de la DRPP. A-t-il pu, par les multiples droits dont il disposait ou qu'il a octroyés, partager des données sensibles avec des islamistes?" Il était en effet en contact étroit avec un prédicateur musulman connu pour être salafiste. Il s'agit d'une clé USB, qui, selon plusieurs sources, contient des vidéos de l'Etat islamique et des données personnelles de collègues de Mickaël Harpon.

L'épouse de Mickaël Harpon, placée en garde à vue depuis jeudi, a été remise en liberté. Les enquêteurs cherchaient d'éventuels éléments incriminant cette mère de deux enfants qui s'était inquiété "du comportement inhabituel et agité" de son époux la veille de l'attaque et avait échangé avec lui 33 SMS le matin des faits. Selon une source proche de l'enquête interrogée par l'AFP, des éléments informatiques étaient en cours d'exploitation. Il a en tout cas "à ce stade " écarté l'hypothèse selon laquelle l'assaillant aurait pu faire partie d'une cellule djihadiste.

Articles Liés