La France exclut toujours d'accorder l'asile à Snowden, dit Le Drian

La France exclut toujours d'accorder l'asile à Snowden, dit Le Drian

"Edward Snowden est quelqu'un qui a rendu service à l'humanité", a commenté sur France inter l'eurodéputée LREM, rappelant qu'en la matière, c'est l'Ofpra qui est seul habilité à accorder l'asile. Pour l'ancien salarié des agences de renseignement américaine, l'usage de cette application serait "très risqué, surtout pour un premier ministre". Cet ouvrage sera disponible dans une vingtaine de pays le jour de sa sortie, dont les États-Unis, la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, le Brésil ou encore Taïwan.

"Il n'est pas dur de bâtir un argumentaire pour dire que j'ai violé la loi", reconnaît Edward Snowden. Mais cette fois, le gouvernement américain souhaite lui couper les vivres.

" La capacité des États-Unis de protéger les renseignements de nature délicate en matière de sécurité nationale dépend de la conformité des employés et des entrepreneurs à leurs ententes de non-divulgation, y compris leurs obligations en matière d'examen de la publication préalable " Le procureur général adjoint Jody Hunt a dit dans une déclaration. " Il est difficile d'imaginer une meilleure attestation d'authenticité que le fait que le gouvernement américain intente une action en justice prétendant que votre livre est tellement véridique qu'il est littéralement contraire à la loi d'écrire". Les mémoires d'Edward Snowden sont sorties en librairie le 17 septembre, sous le titre Permanent Record aux États-Unis et Mémoires vives en France.


En guise de dédommagement, le gouvernement réclame l'ensemble des revenus tirés de l'autobiographie d'Edward Snowden et d'éventuelles adaptations cinématographiques, ainsi que les sommes touchées pour ses interventions publiques.

Le gouvernement américain réclame aussi une injonction d'urgence pour empêcher l'éditeur américain de verser des fonds à l'auteur avant que la cause ne soit entendue.

Si les éléments divulgués par le natif de Caroline du Nord ont permis une prise de conscience des enjeux liés à la surveillance, "l'affaire Snowden " a énormément coûté au lanceur d'alerte sur le plan personnel. "Le livre ne contient aucun secret gouvernemental qui n'ait pas déjà été publié par des médias respectés", a estimé Ben Wizner, directeur des questions de technologies et de droits.

Articles Liés