En prison le terroriste entretient une correspondance avec plusieurs femmes — Salah Abdeslam

En prison le terroriste entretient une correspondance avec plusieurs femmes — Salah Abdeslam

Très appliqué, le jihadiste lui répond à chaque fois, mais se demande s'il ne commet pas un "péché".

Cette nouvelle a fait la Une de La Dépêche du Midi ce mercredi 18 septembre. L'une d'entre elles, prénommée Maëva, est âgée de 20 ans "elle apparaît comme sa correspondante la plus régulière". "Si tu vas te détourner d'Allah, si tu vas te divertir en faisant autre chose qu'adorer ton seigneur, ton iman [foi musulmane], il va descendre", a-t-il insisté au téléphone auprès de sa petite sœur.

" Je me souviens de la toute première fois où j'ai posé mon front au sol". Je m'étais enfermée dans ma chambre, inquiète de ne pas bien faire et puis je m'étais lancée. En décembre 2018, Maëva aurait même demandé à pouvoir lui rendre visite en prison pour "lui apporter un soutien moral et entretenir les liens qui nous unissent dans cette épreuve". Cependant, la requête a été refusée par le magistrat instructeur. "L'inquiétude que je portais en moi s'en est allée, et c'est à ce moment-là que j'ai pu réaliser que j'avais enfin découvert le but de mon existence".

Salah Abdeslam avait déposé les trois kamikazes du Stade de France le soir des attaques avant d'abandonner une ceinture explosive, laissant penser qu'il devait lui aussi mener une attaque-suicide.


" J'espère que tu te portes bien". Je ne saurais plus te dire quel était ce rêve, je ne me souviens que de quelques détails imprécis mais à mon réveil, mes yeux éprouvaient beaucoup de mal à retenir mes larmes. La patience conduit toujours à la victoire!

Parmi ces quatres femmes, il y en a une qui échange de manière récurrente: il s'agit de Maëva, une jeune femme originaire du Tarn-et-Garonne.

Pour rappel le 13 novembre 2015, trois commandos massacraient 131 personnes dans les rues de Paris, Saint-Denis et au Bataclan. La jeune femme serait "proche de la mouvance islamiste radicale" et serait en contact avec Salah Abdeslam depuis deux ans déjà. Elle ferait l'objet d'une surveillance régulière des autorités. Les lettres viennent de régions différentes, notamment de Düsseldorf, en Allemagne. Aucune information n'a été donnée sur les deux autres. Ces femmes le placent comme "une victime du système judiciaire".

"Ces courriers témoignent du charisme gagné par Salah Abdeslam auprès d'une communauté islamiste radicale féminine, écrivent les policiers de la DGSI dans un rapport consulté par Le Parisien".

Articles Liés