Un double attentat fait au moins 48 morts — Afghanistan

Un double attentat fait au moins 48 morts — Afghanistan

"Le bilan comprend des femmes et des enfants", a dit son directeur, Abdul Qasim Sangin. L'homme a actionné ses explosifs après avoir été intercepté à un point de contrôle, alors que le président Ghani s'adressait à la foule. Une explosion a par ailleurs retenti dans le centre de Kaboul, selon une source policière. Le président afghan est candidat à sa réélection pour le scrutin prévu le 28 septembre. Selon des photos de services de sécurité privée, il s'est produit près d'un centre de recrutement de l'armée.

"Des femmes et des enfants figurent parmi eux et la plupart des victimes semblent être des civils".

À Kaboul, la capitale, un attentat à la bombe a visé le secteur de l'ambassade américaine, faisant six victimes mortelles et une dizaine de blessés.

La double attaque a été revendiquée par les Talibans*.

"Nous avions déjà prévenu les gens de ne pas participer aux réunions électorales, et s'ils y subissent des pertes c'est sous leur responsabilité", ont-ils ajouté.

L'attentat de Charika est le plus meurtrier à viser directement la campagne électorale depuis son lancement le 28 juillet. Ce jour-là, une attaque ciblant les bureaux de l'Afghanistan green trend (AGT), un mouvement politique fondé par Amrullah Saleh, avait fait 20 morts.


Sur une photo prise par un journaliste local à Parwan, on voit les restes d'une moto calcinée, sur laquelle se trouve un corps recouvert d'une couverture, contre une voiture de police gravement endommagée. "Il est sain et sauf".

Les talibans, qui avaient annoncé au début de la campagne électorale qu'ils feraient tout pour troubler le scrutin, ont revendiqué cette attaque survenue mardi dans la province de Parwan.

La décision de Washington est intervenue après l'attentat du 5 septembre à Kaboul, lui aussi revendiqué par les talibans, qui avait fait douze morts, dont un soldat américain.

Les autorités afghanes et de nombreux observateurs étrangers s'attendent également à un regain de violence dans le pays au cours des prochains jours, notamment après la récente rupture des pourparlers avec les talibans par le président américain Donald Trump sur un éventuel retrait des forces américaines du pays.

" LIRE AUSSI - Afghanistan: que veulent vraiment les talibans?".

Articles Liés