L’actrice Felicity Huffman condamnée à 14 jours de prison — Scandale des admissions

L’actrice Felicity Huffman condamnée à 14 jours de prison — Scandale des admissions

Felicity Huffman qui jouait le rôle de Lynette dans Desperate Housewives a été condamnée à 14 jours de prison ferme, ce vendredi 13 septembre, pour avoir versé des pots-de-vin afin de faciliter l'entrée de sa fille à l'université.

Devenue vedette mondiale après son passage dans la série Beautés désespérées (2004-2012), Felicity Huffman avait accepté de plaider coupable pour association de malfaiteurs en vue de transférer des fonds dans un but frauduleux. Sur la trentaine de parents inculpés dans cette affaire, elle est la première à connaître sa peine.

L'audience au tribunal fédéral de Boston vendredi était considérée comme un test de la sévérité que montrerait la justice face à des accusés blancs et fortunés. En addition de cette peine, elle devra payer 30.000 dollars d'amende (27.000 euros) et effectuer 250 heures de travail d'intérêt général (TIG). Les avocats de l'actrice avaient eux plaidé contre la prison, proposant un an de liberté conditionnelle, des travaux d'intérêt général et une amende de 20'000 dollars. La juge Indira Talwani a tranché pour une brève incarcération, ce qui permettra selon elle à l'actrice de "reconstruire sa vie". "Sans cette sentence, les gens vous demanderaient à l'avenir comment vous vous en êtes tiré à si bon compte". "Je vois maintenant l'ironie qu'il y a là-dedans car ce que j'ai fait était le contraire d'honnête".

Felicity Huffman a dit avoir "profondément honte" de ce qu'elle avait fait. "Je voudrais m'excuser encore une fois auprès de ma fille, de mon mari, de ma famille et de la communauté éducative pour mes actions".


Au total, 50 personnes ont été poursuivies dans ce dossier de corruption, dont une trentaine de parents, pour certains patrons d'entreprises ou avocats.

Si la peine est plutôt clémente, c'est parce que l'actrice avait plaidé coupable - un point central du système judiciaire américain. Le scandale avait éclaté mi-mars: l'ex-patron d'une société spécialisée de préparation aux examens, William Singer, avait reconnu avoir mis sur pied un système bien rôdé, allant de la triche aux examens jusqu'à la corruption d'entraîneurs sportifs universitaires pour garantir l'admission de ces enfants de la bonne société dans des universités réputées comme UCLA, USC, Yale, Georgetown ou Stanford.

L'actrice Lori Loughlin, qui fait aussi partie des parents américains accusés, avait indiqué qu'elle plaiderait non coupable, au risque d'écoper d'une peine alourdie en cas de condamnation.

Articles Liés