Noël Le Graët rétropédale sur les arrêts de matches — Homophobie

Noël Le Graët rétropédale sur les arrêts de matches — Homophobie

Une fermeté réclamée et vivement saluée par Roxana Maracineanu, sa collègue chargée de la lutte contre les discriminations, Marlène Schiappa, et par les associations de lutte contre l'homophobie. Une consigne qu'il a d'ailleurs fait passer aux arbitres. Le président de la Fédération française de football (FFF) avait estimé plus tôt dans la journée qu'arrêter les matchs de football pour des chants homophobes était "une erreur" mais avait considéré que les suspendre pour des cris racistes était légitime, faisant ici une différenciation de traitement. Interrogé par le quotidien L'Equipe, Olivier Rouyer n'est pas tendre non plus avec Noël Le Graët qui, selon lui, "a toujours nié le problème" de l'homophobie dans les stades de football et "n'a jamais rien fait" pour l'éradiquer. Cette actualité dénote du manque de préparation sur ce sujet. La rencontre qui opposait les champions du monde et d'Europe en titre, autour de Zinédine Zidane, à l'équipe de l'actuel sélectionneur Djamel Belmadi, buteur ce soir-là, avait dû être interrompue après l'envahissement du terrain par des supporters de l'Algérie. "On ne peut pas s'habituer au racisme et à l'homophobie, sous prétexte qu'on soit dans un stade de football, poursuit Emmanuel Macron sur franceinfo. Il n'y a aucun sport dont l'ADN, les racines, l'esprit, c'est le discours de haine". "Ca fait bien d'aller raconter sa science quand on n'a pas grand-chose à dire".

Réagissant auprès de l'AFP aux propos de Noël Le Graët, le président de l'Olympique lyonnais Jean-Michel Aulas s'est montré plus nuancé, plaidant pour une utilisation "avec modération" de l'arrêt des matches, en marge de l'assemblée générale de l'Association européenne des clubs (ECA) à Genève.

Le collectif Rouge Direct, qui vise à lutter contre l'homophobie dans le sport, a quant à lui émis un appel à la démission du président de la FFF.


Dominique Sopo, président de SOS Racisme l'invite lui "à prendre sa retraite". "J'arrêterais un match pour des cris racistes, ça c'est clair".

Cette comparaison avec les chants homophobes a fait bondir l'ancien joueur international français Olivier Rouyer, ouvertement homosexuel.

À l'inverse, le président de la FFF trouve ça excessif.

Articles Liés