La Corée du Nord a tiré des "projectiles non identifiés"

La Corée du Nord a tiré des

Les deux "projectiles" ont été lancés mardi à l'aube depuis la province de Pyongan du Sud, dans le centre du pays, en direction de la mer du Japon, a indiqué l'état-major sud-coréen, sans plus de précisions.

"Mise en état d'alerte, notre armée surveille de près la situation dans l'éventualité de lancements supplémentaires", a déclaré le JCS dans un communiqué cité par le média sud-coréen.

" Nous avons fait clairement savoir à la Corée du Nord que nous sommes prêts à discuter dès qu'ils nous feront signe", avait répété l'émissaire américain, proposant de " lancer un cycle intensif de négociations ".

L'administration américaine a toujours l'espoir de reprendre les négociations avec le régime de Kim Jong-un sur le dossier de l'arsenal nucléaire nord-coréen que Donald Trump a promis de résoudre rapidement.

Ces dates suggérées par Pyongyang pourraient correspondre à la tenue, fin septembre à New York, de l'Assemblée générale annuelle des Nations unies, à laquelle assistent habituellement plusieurs cadres du pouvoir nord-coréen. Avant d'insister, une énième fois, sur sa " très bonne relation " avec le dictateur nord-coréen.


"Interpellé sur ce sujet, Donald Trump a toutefois laissé entendre qu'il était favorable à une reprise des pourparlers".

Les deux dirigeants s'étaient de nouveau rencontrés en juin à la frontière dans la Zone démilitarisée (DMZ) qui sépare les deux États depuis la fin de la guerre de Corée (1950-1953).

Appliquant à la lettre sa traditionnelle stratégie de négociations qui, depuis des décennies, mêle mains tendues et provocations, le régime nord-coréen a tiré, tôt ce mardi matin deux nouveaux missiles.

Les autorités nord-coréennes ont aussi haussé le ton, protestant contre les manœuvres militaires conjointes entre Washington et Séoul qui se sont déroulées en août, et dénonçant la position des États-Unis, qui affirment ne vouloir lever des sanctions qu'en échange d'une dénucléarisation définitive.

" Nous aurons une idée du sérieux de ces discussions si les Nord-Coréens " envoient " aussi des experts du nucléaire, de l'économie, des sanctions, des questions juridiques ou liées à la paix", et pas seulement des responsables politiques, a estimé sur Twitter Richard Johnson, du cercle de réflexion Nuclear Threat Initiative". "L'équipe nord-coréenne devra à tout le moins venir avec un mandat pour négocier, donnant-donnant ".

Articles Liés