Le nombre de morts aux Bahamas atteint les 45 — Ouragan Dorian

Le nombre de morts aux Bahamas atteint les 45 — Ouragan Dorian

C'est l'ouragan le plus violent jamais enregistré depuis 40 ans. S'il a perdu en intensité, de nombreux dégâts sont à déplorer. Le bilan humain toujours provisoire fait état de 43 morts. "Il reste peu d'eau et de nourriture", a témoigné Youssouf Abdel-Jelil, directeur adjoint de l'Unicef pour les Caraïbes.

Scène de désolation à Marsh Harbour, sur l'île bahameenne d'Abaco, le 7 septembre 2019.

"On n'a pas d'eau, pas d'électricité. C'était vraiment une bonne idée, parce qu'on ne veut pas faire ce genre de démarches au moment [où] le bateau commence à couler, alors que les conditions [météorologiques] étaient mauvaises", a confirmé au Journal le major Mark Gough, officier aux affaires publiques des Forces maritimes de l'Atlantique. "Nous nous attendons à retrouver davantage de corps lors des opérations de recherches".

Un ferry affrété par le gouvernement, pouvant transporter près de 200 personnes, devait rejoindre la capitale samedi.

Une armada vaguement coordonnée d'avions, d'hélicoptères, de navires publics et privés convergeait vers Abaco pour aider aux évacuations vers Nassau et le sol américain. L'un d'eux, de la compagnie Bahamas Paradise Cruise Line, est arrivé samedi matin près de Palm Beach, en Floride, avec à son bord plus de 1 500 rescapés de Grand Bahama.


Dorian a laissé au moins 70.000 personnes sans abri dans les îles les plus sévèrement touchées, Abaco et Grand Bahama, selon l'ONU, dont le Programme alimentaire mondial a acheminé sur place près de 15.000 repas et des tonnes d'équipement. C'est ce qui ressort d'un nouveau bilan publié lundi par les autorités locales.

La dévastation va durer "des générations", avait prévenu dès jeudi le Premier ministre des Bahamas Hubert Minnis alors que l'archipel touristique s'apprêtait à affronter une longue crise humanitaire.

Et face au changement climatique qui renforce les phénomènes météorologiques extrêmes, conclut l'auteur, "j'espère que le monde ne va pas simplement s'y habituer avec une certaine lassitude, et que les Bahamas seront oubliés".

La France a annoncé le déploiement, dans le cadre d'une mission européenne, de plusieurs dizaines de soldats afin de participer aux secours. Et Donald Trump a promis l'aide des États-Unis, dont les garde-côtes sont déjà à l'œuvre aux Bahamas.

Articles Liés