Bouleversant Les hirondelles de Kaboul — Cinéma

Bouleversant Les hirondelles de Kaboul — Cinéma

À lire aussi: Tim Burton s'est approprié "Dumbo" entre "respect et impertinence", selon son producteur " Wonderland": L'animation japonaise n'a pas attendu #MeToo pour célébrer les femmes " Le Mystère des pingouins": Pourquoi c'est le film idéal pour finir l'été en beauté " Wonderland": Etes-vous spécialiste de l'animation japonaise?

A Kaboul, Mohsen et Zounaïra s'aiment, profondément et ostensiblement. La vie du couple est bouleversée.

Ainsi, le choix délibéré de l'aquarelle, par la talentueuse Bretonne Éléa Gobbé-Mévellec, renforce le réalisme, grâce à la beauté du trait, et à la fluidité du mouvement créé, tout en laissant l'imagination du spectateur agir. Cette adaptation d'un roman de l'auteur algérien Yasmina Khadra (éditions Pocket) porte la marque de réalisatrices qui se sont approprié le récit.


L'humanisme se niche dans les détails, la pitié d'un geôlier, la sagesse d'un vieil homme mais dans Les Hirondelles de Kaboul, même l'espoir est interdit.

Présenté aux festivals de Cannes et d'Annecy, le long métrage d'Eléa Gobbé-Mévellec et Zabou Breitman est plein de savoir-faire. En salles le mercredi 4 septembre.

Articles Liés