Missiles antichars tirés par le Hezbollah vers le nord d'Israël qui riposte

Missiles antichars tirés par le Hezbollah vers le nord d'Israël qui riposte

"En revanche, le Hezbollah libanais a annoncé avoir " détruit " un char de l'armée israélienne, rapportant " des morts et des blessés", selon la chaîne Al-Manar, organe de la formation chiite".

Israël s'attendait à une riposte militaire du Hezbollah après plusieurs incursions de drones israéliens dans l'espace aérien libanais au cours de la semaine écoulée.

Le Hezbollah a exécuté l'attaque, mais n'a pas réussi à faire de victimes, a déclaré le porte-parole militaire israélien Jonathan Conricus.

L'armée israélienne a brièvement demandé à la population vivant dans un périmètre de 4 km autour de la frontière libanaise de rester chez elle et d'ouvrir les abris antibombes. Les militaires israéliens ont par ailleurs bloqué l'accès à la frontière à des journalistes voulant s'approcher.

L'unité ayant mené l'opération de ce dimanche porte ainsi le nom de deux combattants du Hezbollah, Hassan Zbib et Yasser Daher, tués en Syrie dans cette frappe du 24 août.

Selon Israël, la frappe en Syrie a été menée contre un village d'où, selon l'Etat hébreu, le Hezbollah et son allié iranien préparaient une attaque au "drone kamikaze" contre son territoire.

"Nous avons riposté avec 100 obus et des tirs aériens", a affirmé M. Netanyahu.


Des habitants et des sources sécuritaires au Sud-Liban ont aussi indiqué que l'armée israélienne avait tiré ces derniers jours des obus incendiaires dans le secteur des fermes de Chebaa, une bande de territoire contestée entre le Liban et le plateau du Golan occupé par Israël. "(L'armée) riposte avec des tirs vers la source de ces frappes et cible le sud du Liban", a indiqué l'armée israélienne dans un communiqué. Le président libanais Michel Aoun avait de son côté évoqué une "déclaration de guerre".

Et Israël avait "dévoilé" un plan de l'Iran, via son allié du Hezbollah, visant selon lui à transformer des roquettes en missiles de précision pouvant frapper Israël.

Selon l'armée israélienne, l'Iran a tenté entre 2013 et 2015 de transférer des missiles vers le Liban, via la Syrie. Mais des "opérations israéliennes" ont freiné ce projet et Téhéran a modifié son approche en 2016 afin non pas de transporter des missiles mais de "convertir" des roquettes en missile de haute précision.

"Nous sommes déterminés à empêcher nos ennemis de posséder des armes de destruction (.) et je leur dis: 'dir balak' (Prenez garde, en arabe)", a déclaré jeudi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, actuellement en campagne pour les législatives du 17 septembre qui s'annoncent âprement disputées.

Son principal rival, l'ancien chef de l'armée Benny Gantz, a renchéri samedi soir sur Twitter en appelant le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, à avoir "pitié " du Liban. Cette localité libanaise se trouve juste en face du village israélien d'Avivim.

Plus tôt dans la journée, le premier ministre libanais Saad Hariri s'est entretenu par téléphone avec le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo et un conseiller du président français Emmanuel Macron afin de demander l'intervention de Paris, de Washington et de la communauté internationale " face aux développements à la frontière sud ".

Articles Liés