Donald et Melania Trump, deux Américains à Biarritz

Donald et Melania Trump, deux Américains à Biarritz

La rencontre a duré environ trois heures, d'abord avec le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, puis avec le président Emmanuel Macron pendant une demi-heure, à la mairie de Biarritz. Quel signe le président français obtient-il de ses pairs?

"Le temps est parfait". Emmanuel Macron, dans une interview diffusée sur LCI, assure qu'un progrès a été réalisé: "Nous nous sommes mis d'accord sur ce qu'on va dire sur l'Iran".

"Monsieur Trump, notre rosé, plutôt que de le taxer avec excès, il faut l'aimer avec passion et le déguster avec modération!", ajoute M. Muselier qui annonce avoir envoyé samedi matin deux caisses de rosé de la région à la Maison Blanche. La taxe sur les activités numériques surnommée "taxe Gafa", votée par le Parlement français en juillet, irrite Donald Trump.

Le Britannique Johnson a exprimé samedi sa préoccupation face au protectionnisme rampant et a déclaré que ceux qui soutiennent les tarifs douaniers "risquent de porter la responsabilité du ralentissement de l'économie mondiale".

Au début de la journée, Trump a déclaré que la Grande-Bretagne aurait un accord commercial majeur avec Washington après son départ de l'Union européenne. "Je ne veux pas que la France impose des taxes sur nos sociétés".

"Les Etats-Unis subiront les conséquences de leurs actes", n'a pas manqué de répondre samedi un porte-parole du ministère chinois du Commerce. "Le premier enjeu de ce G7 est de régler les grands conflits internationaux", a donc lancé Emmanuel Macron en introduction de son allocation, avant de citer, pêle-mêle, la Syrie, le terrorisme, le nucléaire iranien ou les guerres commerciales. Évidemment que quand je parle, je parle au nom de la France, mais je parle à la lumière de l'échange d'hier.


Autour de spécialités du Pays basque, les sept dirigeants se pencheront dès le dîner d'ouverture sur l'urgence du moment, l'embrasement de l'Amazonie, l'un des poumons verts de la Terre.

Le président de la France a ainsi appelé tous ses partenaires du G7 à œuvrer ensemble pour résoudre les grands conflits, mais aussi pour éviter les guerres commerciales, un message adressé particulièrement à Donald Trump.

Une information démentie en partie par Donald Trump qui a fait savoir, en marge d'un entretien avec le japonais Shinzo Abe, qu'il soutenait la démarche d'Emmanuel Macron mais n'en avait pas parlé avec son homologue français.

La discussion a créé les conditions pour un bon niveau de convergence au sein du groupe (du G7) en obtenant des clarifications de Donald Trump sur les principaux sujets, accords et désaccords compris, a affirmé l'Élysée. La France doit faire le maximum mais nous ne pouvons pas tout, tout seul.

"Emmanuel Macron compte aussi afficher des résultats concrets sur certains sujets comme la " lutte contre les inégalités", thème officiel du sommet, en élargissant les discussions aux dirigeants de " puissances de bonne volonté " comme l'Inde, l'Australie, l'Afrique du sud et le Chili.

Sur le plan de la conjoncture économique, où des craintes de récession se manifestent aux Etats-Unis et en Allemagne notamment, Emmanuel Macron a promis d'oeuvrer pour plus de croissance et plus d'emplois.

Articles Liés