Des ONG boycottent un rendez-vous avec Emmanuel Macron — Climat

Des ONG boycottent un rendez-vous avec Emmanuel Macron — Climat

Ce jeudi 22 août, à deux jours de l'ouverture du sommet du G7 à Biarritz, le Réseau action climat (RAC) a annoncé boycotter le sommet et lance un appel aux pays membres afin qu'ils accélèrent leur action climatique. La présidence met également en avant l'organisation d'une journée "de dialogue" sur des points focaux, comme l'égalité hommes-femmes, la lutte contre les inégalités la protection du climat, qui sont les principaux thèmes de la France pour le G7.

"Non seulement, l'Elysée a maintenu à un niveau historiquement bas les accréditations pour la société civile mais les ONG n'auront accès ni au sommet, ni au centre de presse alors que c'est la pratique depuis plus de dix ans", a poursuivi Lucile Dufour. "La porte reste ouverte" et "notre volonté d'associer pleinement la société civile reste entière", a assuré la présidence. En effet, le gouvernement n'accorde que 25 accréditions pour les ONG, " contre près d'une centaine les années précédentes", souligne le RAC. "Emmanuel Macron souhaite recueillir les recommandations de ces associations", détaille la journaliste de France 2 Cassandre Mallay.


Suivra un déjeuner avec des responsables d'ONG autour des droits de l'Homme, de la démocratie et de la protection de l'environnement. Devraient notamment être représentés Human Rights Watch (HRW), RSF, Amnesty International, Care, Coordination Sud, WWF et la Fondation européenne pour le climat, selon l'Elysée.

L'après-midi, Emmanuel Macron et plusieurs de ses ministres débattront avec une centaine de dirigeants de groupes et d'entreprises. "A cette occasion, sera annoncée la création "de coalitions d'entreprises qui s'engagent pour une croissance inclusive et pour la réduction de leur impact environnemental dans le domaine de l'industrie textile, du transport maritime et des technologies de réfrigération", indique l'Elysée". Les anti-G7 sont réunis depuis le 21 août pour un contre-sommet à Irun en Espagne et Hendaye en France, pour dénoncer la " bunkerisation" du sommet. Ils dénoncent un sommet que des ONG jugent "bunkerisé". Ils appellent à manifester le 24 août, jour de l'ouverturedu sommet.

Articles Liés