Guerre commerciale : Trump relève les taxes sur les produits chinois

Guerre commerciale : Trump relève les taxes sur les produits chinois

"Les guerres commerciales ne font aucun gagnant". Le président américain s'est fendu vendredi 23 août d'une série de tweets particulièrement agressifs, ce qui a fortement inquiété les marchés financiers, le Dow Jones abandonnant environ 2%.

Alors que Pékin a annoncé vendredi son intention d'imposer de nouveaux droits de douane sur 75 milliards de dollars d'importations en provenance des Etats-Unis, en représailles aux taxes douanières supplémentaires que prévoit d'instaurer prochainement Washington, le président américain a immédiatement réagi.

Cette reprise des hostilités entre la Chine et les Etats-Unis a pris de court les investisseurs, qui avaient jusqu'ici les yeux rivés sur le symposium de Jackson Hole et le discours du président de la Réserve fédérale Jerome Powell, à partir de 16h00.

Par contre, on ne voit pas encore comment Trump pourrait obliger les entreprises américains à quitter la Chine. Ainsi, à partir du 1er octobre, 250 milliards de dollars de marchandises importées seront frappés de 30 % de taxes punitives contre 25 % actuellement.

Pour Bill Reinsch, ancien haut responsable du département du Commerce, le président n'a que peu d'options à sa disposition pour forcer la main aux entreprises présentes en Chine et cela risquerait de pénaliser de grands groupes comme Apple, Boeing ou General Motors.

" Lorsque ces droits de douane ont été initialement imposés par la Chine en 2017, les exportations américaines de véhicules ont chuté de 50%".

Dans sa série de messages, Donald Trump avait aussi "ordonné" aux sociétés américaines "de commencer immédiatement à chercher des alternatives à la Chine, y compris de rapatrier vos sociétés et de fabriquer vos produits aux Etats-Unis".

Cette décision, présentée par Pékin comme une contre-mesure à celle des États-Unis taxant quelque 300 milliards de dollars de produits chinois supplémentaires, entrera en vigueur en deux temps, le 1er septembre et le 15 décembre.


"Nous n'avons pas besoin de la Chine et franchement, nous nous portons beaucoup mieux sans elle".

Les entreprises américaines sont engagées massivement en Chine depuis plusieurs décennies, soit sous forme d'investissements directs, de chaînes de production ou simplement comme clients.

De nouvelles hausses des droits de douane sur les produits chinois importés aux États-Unis ont été annoncées, vendredi.

Il a ensuite mis de l'eau dans son vin et repoussé la taxation au 15 décembre pour bon nombre de produits de grande consommation et éviter ainsi de gâcher le Noël du consommateur -et électeur- américain.

Dans une interview accordée à CNBC, Loretta Mester, présidente de la Réserve fédérale américaine de Cleveland, a déclaré qu'elle considérait les tarifs de rétorsion chinois comme "une simple continuation" de l'incertitude accrue de la politique commerciale qui pèse sur l'investissement et le sentiment des entreprises américaines.

Les trois économistes mettent aussi en garde contre une autre idée caressée par le président et évoquée souvent sur Twitter: affaiblir le dollar pour rendre les produits américains plus compétitifs. Il a ajouté que la banque centrale américaine allait " agir de façon appropriée " pour soutenir la croissance économique.

Dans ce contexte, le patron de la Fed a cependant prévenu que la politique monétaire n'avait "pas de mode d'emploi" tout prêt.

Articles Liés