La Bourse de Paris joue la carte de la prudence

La Bourse de Paris joue la carte de la prudence

Vers 13H50 (11H50 GMT), l'indice CAC 40 prenait 82,90 points à 5.427,54 points dans un volume d'échanges de 838 millions d'euros. La veille, il avait fini en baisse de 0,50%.

Après avoir ouvert en légère hausse, la cote parisienne a poursuivi sur sa lancée, gagnant sans cesse du terrain. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average grignotait 0,05%, celui sur l'indice élargi S&P 500 0,04% et celui sur le Nasdaq, à forte coloration technologique, 0,06%.

L'institution avait décidé de diminuer ses taux directeurs (d'un quart de point de pourcentage) pour la première fois depuis 2008 à l'issue de cette rencontre fin juillet.

Les opérateurs supposent que les propos contenus dans les minutes de la Fed seront "conciliants, ce qui fait grimper les actions", a-t-il ajouté.

Surtout, ils attendent un discours du président de la Fed, Jerome Powell, prévu vendredi, afin d'avoir de nouveaux indices sur la politique monétaire américaine.

L'institution pourrait notamment décider de baisser ses taux d'intéret directeurs avant la fin de l'année.

'L'accès de panique qui avait touché les marchés boursiers mondiaux au cours des dernières semaines a continué de refluer dans la nuit', note Kyle Rodda, analyste chez le courtier britannique IG.Si les fondamentaux n'ont pas changé, d'après le professionnel, les investisseurs misent sur la mise en place de toute une série de mesures de soutien monétaire visant à éviter la perspective de plus en plus concrète d'un ralentissement de l'économie mondiale, poursuit-il.


La classe politique italienne défilera à compter de mercredi au palais du Quirinal, résidence officielle du président Sergio Mattarella, où diverses formations proposeront la constitution d'un nouveau gouvernement.

Les investisseurs décortiqueront un autre compte-rendu important en début d'après-midi, celui de la dernière réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE).

Du côté des indicateurs économiques, l'agenda est principalement américain, avec les publications prévues des reventes de logements pour juillet et d'un rapport sur les stocks de pétrole aux Etats-Unis.

En matière de valeurs, Seb était soutenu (+3,31% à 140,30 euros) par un début desuivi de son titre par Citi avec la recommandation "acheter".

Les titres cycliques, sensibles à la conjoncture, repartaient de l'avant, à l'instar d'ArcelorMittal (+1,84%), d'Eramet (+2,18% à 41,16 euros) et d'Aperam (+1,28% à 20,60 euros). Total prenait 0,82% à 44,03 euros et TechnipFMC 1,07% à 21,79 euros.

En revanche, les banques se hissaient en haut du CAC 40: Société Générale gagnait 0,75% à 22,27 euros, Crédit Agricole 0,44% à 10,22 euros et BNP Paribas 0,30% à 40,73 euros.

Publicis cédait 0,19% à 42,61 euros après l'acquisition de la société américaine Rauxa, une agence indépendante de marketing intégré basée à New York.

Articles Liés