Un livre de Yann Moix qui soulève des polémiques familiales — Orléans

Un livre de Yann Moix qui soulève des polémiques familiales — Orléans

Par ailleurs, José Moix est revenu sur tout ce que lui et sa femme ont donné pour que Yann -tout comme son frère- puisse s'épanouir: "logement et études à Paris, voyages en Europe et aux États-Unis, ..." Les versions des faits du père et du fils, radicalement différentes, continueront longtemps de s'opposer, puisque Yann Moix refuse de s'expliquer avec ses parents depuis des années.

Si les parents de Yann Moix n'avaient jusque-là, pas eu l'occasion de répondre à ses accusations, son père, José Moix, s'est confié dans un long entretien accordé à La République du Centre. Des accusations que réfute son père, José Moix. "Un type faux-cul plein d'arrogance qui salit ses parents en les accusant de l'avoir battu juste pour vendre ses bouquins et se faire du pognon", "Raté, aigris, fossoyeur de civilisation, traînant ses parents dans la boue alors qu'ils lui ont payé ses études et son loyer pour aller à Sciences Po Paris jusqu'à ses 30 ans", "Yann Moix est complètement frappé", ont vociféré plusieurs anonymes sur Twitter. "Il cite par exemple: " Cette fois où Yann a tenté de défenestrer son frère du premier étage " ou encore, " le jour où il a mis la tête de son frère Alexandre dans les WC et a tiré la chasse d'eau ".

"

"Prétendre cela relève de la psychiatrie, ce n'est pas possible!"

". Le septuagénaire ne reconnaît aucune violence répétée: " Jamais je n'aurais été capable de faire manger ses excréments à mon fils. Dans son livre, Rompre, le chroniqueur, allait plus loin en révélant: " Ça se passait de la manière suivante: des faits relatés et exagérés au téléphone par ma mère, qui faisaient que mon père moulinait toute la journée sur son lieu de travail et le soir, je prenais ".


Au passage, il souligne que voisins, enseignants, médecins, ... tous pourraient confirmer qu'il " n'est pas un bourreau ". "S'il y avait bien eu maltraitance, il y aurait forcément eu quelqu'un pour le remarquer, et alerter les services sociaux ". "Et peut-être qu'au fond, si j'avais été moins sévère, il n'en serait pas là où il est aujourd'hui, vu ses fréquentations de l'époque", ajoute-t-il. "C'était un enfant à haut potentiel, surdoué". Il a été testé. "Peut-être même risque-t-on gros". "Car Yann a un peu joué les Tanguy, vous savez." . ". Tout ce qu'il souhaite aujourd'hui, c'est avoir une conversation avec son fils: "Ce qu'il n'a jamais accepté".

L'homme de 75 ans ne sait pas s'il va lire le livre de Yann Moix, mais précise que la porte de sa maison est toujours ouverte aux membres de sa famille.

Articles Liés