Interdiction d'entrée de deux élues américaines sur le territoire — Israël

Interdiction d'entrée de deux élues américaines sur le territoire — Israël

Elles ont plusieurs fois dénoncé la politique israélienne à l'égard des Palestiniens.

Les autorités israéliennes ont interdit jeudi à deux élues américaines d'entrer en Israël et dans les Territoires palestiniens occupés en raison de leur soutien à la campagne de boycott de l'Etat hébreu et à la suite d'une demande du président Donald Trump.

C'est le ministre de l'Intérieur qui en avait fait l'annonce en précisant que l'autorisation est accordée à Mme Tlaib pour une visite humanitaire à sa grand-mère. Je respecterai toutes les restrictions et ne ferai pas la promotion des boycotts contre Israël lors de ma visite.

Plus tôt dans la journée, les autorités israéliennes ont annoncé qu'elles permettaient à l'élue démocrate américaine Rashida Tlaib d'entrer sur leur territoire, après le lui avoir d'abord interdit.

Mais dans un énième retournement de situation, l'élue américaine a finalement refusé l'offre des autorités israéliennes. "Nous désapprouvons le soutien des représentantes Omar et Tlaib au mouvement anti-Israël et antipaix BDS, mais nous pensons également que tout membre du Congrès devrait être en mesure de se rendre chez notre allié démocratique Israël pour le découvrir en personne", a-t-il écrit.

"Lorsque j'ai gagné, cela a donné aux Palestiniens l'espoir que quelqu'un dirait enfin la vérité sur les conditions inhumaines". "Je ne peux pas permettre à l'Etat d'Israël (.) d'utiliser mon amour pour ma mamie afin de me soumettre à leurs politiques oppressives et racistes", écrit-elle.


Dans un message sur Twitter, Mme Tlaib a écrit: Me réduire au silence et me traiter comme une criminelle n'est pas ce que [ma grand-mère] veut pour moi. "Je la vois arriver au village en tenue traditionnelle", a-t-elle confié à l'AFP, impatiente de "sacrifier un mouton" pour ses retrouvailles avec sa petite-fille.

"La décision israélienne d'interdire aux élues du Congrès Rashida Tlaib et Ilhan Omar de visiter la Palestine est un acte d'hostilité scandaleux contre le peuple américain et ses représentants", a pour sa part déclaré dans un communiqué Hanane Achraoui, membre du comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Cette décision a été prise "en accord " avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, son ministre des Affaires étrangères et son ministre des Affaires stratégiques, a ajouté le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

La colonisation par Israël de la Cisjordanie occupée et de Jérusalem-Est annexée s'est poursuivie sous tous les gouvernements israéliens depuis 1967, mais elle s'est accélérée ses dernières années sous l'impulsion de Benjamin Netanyahu et de son allié à Washington, Donald Trump.

Les propos de Donald Trump ont aussitôt suscité une polémique, le président des Etats-Unis étant accusé par ses détracteurs de ne pas avoir pris la défense de deux ressortissantes américaines, élues du Congrès qui plus est.

Articles Liés