La ménopause bientôt retardée de 20 ans grâce une opération ?

La ménopause bientôt retardée de 20 ans grâce une opération ?

Une méthode déjà utilisée pour les femmes atteintes d'un cancer, chez qui les traitements peuvent se révéler toxiques pour les ovaires et altérer leur fertilité, en détruisant partiellement ou totalement la réserve ovarienne.

Une technique médicale appliquée par des spécialistes de la fécondation in vitro en Grande-Bretagne, pourrait retarder de vingt ans la ménopause, d'après The Guardian. Les médecins affirment que l'opération pourrait désormais profiter à des milliers de femmes qui souffrent de problèmes cardiaques ou d'ostéoporose affaiblissant les os et causés par la ménopause. Elle permettrait en outre de retarder l'apparition des symptômes plus " classiques " tels que les bouffées de chaleur ou la diminution du désir sexuel. Il est ensuite congelé puis réimplanté pour compenser le niveau d'hormones en baisse, rapporte Franceinfo.

La procédure, qui coûte entre 7 500 euros et 12 000 euros est proposée aux femmes jusqu'à l'âge de 40 ans par ProFam, une société basée à Birmingham et créée par Simon Fishel, médecin spécialisée en FIV et président de UK Care Fertility Group, en collaboration avec d'autres spécialistes. Avant d'entreprendre un traitement anticancéreux, ils enlèvent une partie du tissu ovarien et le congèlent.

"Il s'agit du premier projet au monde à offrir aux femmes en bonne santé la cryopréservation des tissus ovariens dans le seul but de retarder la ménopause", a déclaré Yousri Afifi, directeur médical du processus, au Sunday Times.


Si le tissu ovarien est capable de rétablir la production des hormones sexuelles, alors il peut arrêter la ménopause: c'est le postulat des médecins britanniques qui étudient ce processus. "Si les femmes de plus de 20 ans avaient systématiquement du tissu ovarien prélevé et stocké", a déclaré Simon Fishel, "elles pourraient potentiellement avoir accès à des milliers d'ovocytes si elles décidaient plus tard d'avoir des enfants".

Cette intervention qui dure moins de 30 minutes a déjà été testée sur neuf patientes britanniques.

"La mesure dans laquelle cette nouvelle procédure retarde la ménopause dépend de l'âge auquel le tissu est prélevé et à quel moment il est réimplanté". Contrairement à la FIV, la préservation du tissu ovarien ne nécessite pas de médicaments pour stimuler les ovaires, s'ils fonctionnent normalement. Les tissus prélevés chez une femme de 25 ans pourraient ainsi retarder la ménopause de 20 ans, tandis que ceux prélevés sur une femme de 40 ans ne pourraient retarder son apparition que de cinq ans.

Articles Liés