L'homéopathie ne sera plus remboursée à partir de 2021 — Agnès Buzyn

L'homéopathie ne sera plus remboursée à partir de 2021 — Agnès Buzyn

L'homéopathie ne sera plus remboursée à partir de 2021 en raison de l'efficacité jugée insuffisante de ces produits pharmaceutiques. La société réalise 60 % de son chiffre d'affaires en France, et sur ces 360 millions, 70 % donnent lieu à un remboursement par la Sécurité sociale, soit 252 millions. Qui fixe les étapes de ce déremboursement annoncé, effectif en deux temps.

Cette deuxième solution ne satisferait personne, ni les croyants en l'homéopathie, ni la communauté scientifique pour qui ces granulés sont absolument inefficaces.

En outre, si ce changement de paradigme devrait s'accompagner d'une baisse des ventes en France (de 50 % en 2020 et encore 50 % en 2021 selon les prévisions les plus pessimistes), elle pourrait être compensée par une augmentation des prix. D'ailleurs, les académies de médecine et pharmacie ont réaffirmé leurs positions sur cette pratique et se sont prononcées pour le déremboursement. Pas si sûr, si l'on en croit certains utilisateurs. Brandissant un million d'adeptes et promettant un effondrement économique et du chômage de masse en cas de déremboursement - et peut-être même des inondations massives et des feux de forêts -, ils continuent, avec le soutien des labos, de s'indigner de la décision prise par la ministre.

"J'ai décidé de lancer le processus de non-remboursement complet", a déclaré Mme Buzyn au journal Le Parisien. La TVA augmentera à 10%, vu que ce ne sera plus remboursé.


Ni les supplications des laboratoires, dont celles du géant français Boiron, ni les appels du pied de son prédécesseur (.) Lire la suite sur LeParisien.fr8 millions de Français ont le foie trop grasUne seule canette de soda par jour: c'est déjà trop pour votre foie!

C'est Georgina Dufoix, ministre de François Mitterrand, qui, en 1984 l'avait placé, sans évaluation préalable, sur la liste des médicaments pouvant bénéficier d'un remboursement à 65 %. L'an passé, les plus grands consommateurs n'ont reçu que 25 euros de l'Assurance maladie.

Une chose est sûre, les professionnels de l'homéopathie ne comptent pas se laisser faire. "S'il le faut, nous irons jusqu'au Conseil d'Etat pour nous faire entendre" confie François Bégot. "Des actions seront bien évidemment prévus dans les mois à venir" affirme de son côté de le Dr Branlat.

"Nous avons un produit prouvé comme étant cancérigène, qu'ils sont incapables d'interdire dans un délai de moins de cinq ans".

Articles Liés