La Turquie et la Chine déplorent le retour des sanctions — Pétrole iranien

La Turquie et la Chine déplorent le retour des sanctions — Pétrole iranien

Téhéran brandit régulièrement cette menace, car le Détroit d'Ormuz est le seul passage qui relie le Golfe persique et l'Océan indien et c'est pas là que se déroule la majorité du trafic pétrolier, y compris de l'Arabie saoudite et des pays du Golfe.

WASHINGTON, 22 avril (Reuters) - Les Etats-Unis s'apprêtent à annoncer lundi la fin des exemptions temporaires de sanctions accordées à huit pays importateurs de pétrole iranien, rapporte dimanche le Washington Post.

Il y a six mois, en rétablissant les sanctions contre l'Iran, les États-Unis avaient accordé des dérogations à la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, la Turquie, l'Italie et la Grèce, leur permettant de continuer à acheter du pétrole iranien sans encourir de sanctions pendant six mois supplémentaires. "Nous entendons appliquer ces sanctions", a-t-il martelé.

" La coopération chinoise avec les entreprises iraniennes et l'Iran est ouverte, transparente, raisonnable et légale, et devrait être respecté e", a déclaré Geng Shuang, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Fin janvier, la France, l'Allemagne et le Royaume Uni avaient décidé de créer un mécanisme spécial de compensation financière (INSTEX) qui puisse permettre aux entreprises européennes de continuer à commercer avec l'Iran sans s'exposer à des sanctions.


L'interdiction d'acheter du pétrole iranien, dont les ventes représentent selon Washington 40% des revenus du régime, était la principale de ces sanctions, qui se veulent "les plus fortes de l'histoire". Et d'ajouter: "Dans leur poursuite de l'hégémonie mondiale, les Etats-Unis menacent non seulement la communauté internationale de mesures économiques punitives, mais font ouvertement résonner le cliquetis des armes [au Moyen-Orient]".

Les cours de pétrole entament la semaine sur une forte hausse.

Selon l'agence spécialisée S&P Global Platts, l'Iran a exporté en moyenne 1,7 million de barils par jour en mars, dont près de 628.000 vers la Chine et plus de 357.000 vers l'Inde.

Le Premier ministre israélien a en revanche salué l'annonce de Donald Trump: "La décision du président américain et de son administration est d'une très grande importance afin d'accentuer les pressions sur l'Iran. Nous nous rangeons totalement derrière la détermination des Etats-Unis face à l'agressivité iranienne et c'est comme cela qu'il faut agir ".

L'Arabie saoudite a appelé mardi à maintenir la pression sur l'Iran pour qu'il cesse sa "politique de déstabilisation" dans la région au lendemain de la levée par Washington d'exemptions sur l'achat de pétrole iranien. Le chef de la diplomatie saoudienne Ibrahim al-Assaf a exprimé, dans un communiqué, la satisfaction "totale" de son pays après la décision américaine, la qualifiant de "mesure nécessaire pour amener le régime iranien à cesser ses politiques de déstabilisation et de soutien au terrorisme à travers le monde".

Articles Liés