Les sociaux-démocrates remportent les législatives, juste devant l'extrême droite — Finlande

Les sociaux-démocrates remportent les législatives, juste devant l'extrême droite — Finlande

Le parti a récolté 17,7 % des voix et peut compter sur 40 des 200 sièges au parlement, a communiqué le ministère de la Justice finlandais, mais les résultats finaux officiels ne seront communiqués que mercredi.

À l'issue des résultats définitifs attendus dans le courant de la soirée, les sociaux-démocrates pourraient signer leur retour sur le devant de la scène politique, quatre ans après leur échec aux législatives de 2015 où le parti a terminé quatrième. Le social-démocrate Antti Rinne n'a pas écarté la possibilité d'une collaboration avec les Vrais Finlandais, affirmant qu'il avait "des questions" à poser au parti. Il a conduit une campagne contre les mesures de rigueur du Premier ministre centriste Juha Sipilä et s'est notamment engagé à améliorer les conditions de vie des personnes âgées, en promettant d'augmenter de 100 euros par mois les retraites les plus basses. Ils étaient arrivés pour la dernière fois en tête des législatives en 1999.

Antti Rinne, le chef des sociaux-démocrates, est en tête des sondages avec 19% des intentions de vote.

En 2017, les Vrais Finlandais ont finalement implosé et quitté le gouvernement: une majorité de leurs députés ont fondé Nouvelle Alternative (rebaptisé Réforme bleue par la suite), parti qui est resté au pouvoir, les autres se ralliant à son nouveau président, le faucon anti-immigration Halla-aho.

En décembre et janvier, une dizaine d'hommes d'origine étrangère soupçonnés d'agressions sexuelles ont été arrêtés.


La Finlande a un scrutin proportionnel et une culture politique du consensus qui portent au pouvoir des coalitions hétéroclites. La formation s'est engagée à réduire considérablement l'immigration et renforcer les règles d'asile.

Toutefois, il a gardé toutes ses options ouvertes vis-à-vis des Vrais Finlandais: " je tiens à dire que je ne veux pas spéculer sur cette question", a-t-il lancé.

Pour la chroniqueuse politique Sini Korpinen, la politique finlandaise se dirige vers une " grande coalition " gauche-droite, composée des sociaux-démocrates, du Parti de la coalition nationale, mais aussi des Verts, de l'Alliance de gauche et du parti populaire suédois [libéraux].

Droite et gauche disent ne pas vouloir collaborer avec l'extrême droite, sans pour autant fermer la porte à des négociations avec les Vrais Finlandais. Parallèlement, la croissance devrait ralentir.

Articles Liés