La consommation mondiale s'est stabilisée l'an dernier — Vin

La consommation mondiale s'est stabilisée l'an dernier — Vin

Selon l'Organisation international de la vigne et du vin (OIV), 292,3 millions d'hectolitres ont été produits au cours de l'année 2018.

Après la récolte de raisins historiquement basse de 2017, due aux gels printaniers qui avaient dévasté les vignobles européens, les hausses de production sont spectaculaires: Espagne (+36,7 %), France (+34,8 %), Italie (+28,9 %), Allemagne (+30,7 %), et même +40,4 % de production sur les vins suisses.

L'an passé, la planète aurait bu environ 246 millions d'hectolitres (Mhl) de vin contre 246,7 millions l'année précédente, selon l'OIV, organisme international basé à Paris.

En Chine, où la croissance est au ralenti, la consommation 2018 "baisserait de 6,6% par rapport à 2017, et atteindrait les 18 millions d'hectolitres" estime l'OIV. La consommation mondiale de vin "semblerait marquer une pause dans sa progression, influencée principalement par une baisse de la consommation en Chine et au Royaume-Uni", explique l'OIV. Les Français ont un peu moins bu de vin en 2018 (26,8 Mhl soit -0,7%), tout comme les Italiens (22,4 Mhl soit -0,9%).


Il a souligné une tendance à " l'universalisation " de la consommation du vin dans le monde, même si cinq pays (États-Unis, France, Italie, Allemagne et Chine) boivent à eux seuls plus de la moitié du vin produit dans le monde.

L'an passé, les États-Unis, premier consommateur mondial de vin depuis 2011, ont continué d'enregistrer une augmentation de la demande intérieure à 33 Mhl, soit une hausse de 1,1% par rapport à 2017. Elle se rapproche du niveau très élevé de 2004.

" Mais attendons, ces menaces de rétorsion sont formulées avec beaucoup d'avance pour avoir un effet sur d'autres négociations portant sur l'aluminium en particulier".

L'Italie confirme sa place de premier producteur mondial avec 54,8 millions d'hectolitres, suivie de la France avec 49,1 millions et de l'Espagne qui enregistre 44,4 millions d'hectolitres. La France reste, elle, le premier exportateur mondial en valeur, avec 9,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires à l'exportation (+2,8 %).

Articles Liés