Soudures de l'EPR de Flamanville : insatisfaisantes pour les experts du nucléaire

Soudures de l'EPR de Flamanville : insatisfaisantes pour les experts du nucléaire

Le groupe permanent d'experts que l'Autorité de Sûreté Nucléaire a réuni les mardi 9 et mercredi 10 avril 2019 a estimé qu'EDF devait réparer les soudures qu'il souhaitait ne pas refaire sur l'EPR de Flamanville (Manche).

Le chantier de l'EPR de Flamanville en 2016.

L'électricien devra "réparer ces huit soudures" présentant des écarts de qualité et difficilement accessibles, ou bien apporter des "modifications au réacteur", a estimé le groupe permanent d'experts de l'ASN, selon une note d'information.

Mais les experts ont "demandé que tout soit conforme ", a indiqué une source proche des discussions. EDF souhaite de son côté faire la démonstration qu'elles n'ont pas besoin d'être reprises.


Cette recommandation n'engage pas l'ASN mais risque d'entraîner un nouveau retard dans la mise en service du réacteur dans la mesure où, si l'autorité suivait l'avis du groupe d'experts, elle pourrait contraindre EDF à reprendre des soudures que le groupe envisage pour le moment de maintenir en l'état.

Sur la base de cet avis consultatif, le gendarme du nucléaire doit se prononcer dans ce dossier sensible "avant l'été ", alors qu'il devait initialement se prononcer début mai. Si EDF doit effectivement reprendre ces soudures, la chantier de l'EPR connaîtra vraisemblablement de nouveaux retards.

Selon le dernier calendrier en date fourni par EDF en juillet 2018 et confirmé en début de l'année, le chargement du combustible du réacteur est prévu au quatrième trimestre 2019 tandis que son raccordement au réseau et son fonctionnement à pleine puissance (1.650 mégawatts) doivent intervenir aux premier et deuxième trimestres de 2020 respectivement. La facture est désormais montée à près de 11 milliards.

Articles Liés