Une femme dépose plainte contre le syndicat des gynécologues — Grève des IVG

Selon une information du Parisien, cette femme résidant à Lille a déposé une plainte le 10 avril 2019 contre le Syndicat national des gynécologues et obstétriciens de France (Syngof) devant l'Ordre des médecins. Etudiante sage-femme, militante féministe et rédactrice du blog Vous avez des Questions? axé sur les droits des femmes, la grossesse et la maternité, Gwendoline Cross souhaite en effet que le chantage à la "grève des IVG" du Syngof ne reste pas impunie. Inadmissible pour la trentenaire qui a, elle-même, eu recours à un avortement il y a une dizaine d'années.


Ce puissant syndicat a menacé mardi 12 mars, dans un courrier adressé à 1.600 adhérents d'arrêter la pratique des IVG si la ministre de la Santé Agnès Buzyn ne le recevait pas pour discuter du fonds de garantie de la profession. Alors Gwendoline Cros a voulu organiser le match retour. "Il était impossible de les laisser se servir de l'IVG comme d'une monnaie d'échange ", explique-t-elle au Parisien". "Cette emprise du pouvoir médical sur notre corps est insupportable". Une position qui l'a donc conduite à déposer une plainte.

Articles Liés