Les retraités manifestent devant la préfecture — Laval

Les retraités manifestent devant la préfecture — Laval

C'est la septième journée de manifestation nationale, depuis le début du quinquennat.

A l'origine de ce mouvement, neuf organisations et associations de retraités, qui réclament notamment une pension minimum à hauteur du Smic ou encore une prise en charge de la perte d'autonomie à 100% par la sécurité sociale. "Non seulement ils nous volent, mais en plus ils se moquent de nous!", s'est exclamé le septuagénaire, qui se dit "gilet jaune tous les samedis".

"De l'argent, il y en a dans les caisses du patronat", "Piquons-le là où il y en a, pas dans les poches des retraités", scandaient les manifestants à Lyon.

Environ 70 manifestants étaient réunis ce jeudi 11 avril devant la préfecture à Laval. Parmi eux, Jean-Claude, 66 ans et ancien travailleur dans l'industrie chimique, ne se "plaint pas" de sa "retraite maison de 2.500 net", mais est venu "par solidarité avec tous ceux qui sont dans la précarité".


En janvier dernier, l'exécutif avait limité à 0,3% la revalorisation des retraites, bien en-deçà de l'inflation à 1,8%. Et attisé la colère d'une population déjà échaudée par la hausse de la CSG et un quasi-gel des pensions depuis 2013.

"C'est un sujet qui est sur la table effectivement, la réindexation des petites retraites sur l'inflation", a déclaré Agnès Buzyn sur LCI. "Le gouvernement a entendu aujourd'hui les demandes des retraités modestes", a-t-elle assuré.

Dans le cadre des mesures d'urgence décidées en décembre pour apaiser la contestation entamée mi-novembre, les retraités percevant moins de 2 000 euros par mois ont finalement été épargnés par la hausse du taux de contribution sociale généralisée (CSG) cette année.

En ne traitant "pas tout le monde de la même façon", le gouvernement "remet en cause le principe de nos systèmes de retraite solidaires par répartition, dans lequel le fait de cotiser donne droit à une pension et une revalorisation", selon l'intersyndicale.

Articles Liés