La fin de Daech — Syrie

La fin de Daech — Syrie

L'organisation État islamique a perdu son dernier bastion syrien à Baghouz et a été définitivement vaincue en Syrie, ont annoncé samedi les Forces démocratiques syriennes.

En début de soirée, un porte-parole des FDS, Mustafa Bali, a indiqué sur Twitter que des combats se poursuivaient "autour d'une colline de Baghouz pour éliminer ce qui reste de l'ÉI ".

La chute de Baghouz, un village de l'est de la Syrie situé près de la frontière irakienne, est le résultat de quatre ans de combats et d'efforts entrepris par la coalition internationale, menée par les États-Unis, pour venir à bout de l'EI. Les combats ont été très violents face aux derniers irréductibles de l'EI, a précisé le porte-parole mais les FDS ont désormais levé leur drapeau sur Baghouz pour célébrer leur victoire.

Au plus fort de son règne, en 2014, l'organisation terroriste comptait de larges pans de territoire en Syrie et en Irak - l'équivalent de la superficie du Royaume-Uni.

Les forces kurdes ont lancé leur ultime assaut après une nuit de bombardements aériens menés par la coalition.


"Bien que l'EI se soit transformée en un réseau clandestin, y compris en Syrie et en Irak, il reste une menace en tant qu'organisation globale dotée d'une direction centralisée", estime le secrétaire général dans ce rapport, son huitième sur le sujet.

L'EI, cible de multiples assauts ces deux dernières années, a vu son "califat" se réduire comme peau de chagrin.

Depuis janvier, plus de 67.000 personnes ont quitté la poche de l'EI, dont 5.000 jihadistes arrêtés après leur reddition, selon les FDS.

L'offensive anti-Daech de la coalition internationale, dirigée par les États-Unis, avait commencé en août 2014 en Irak, quelques semaines après la proclamation du califat État islamique par Abou Bakr al-Baghdadi depuis une mosquée de Mossoul. Les civils, la plupart des familles de jihadistes, ont été transférés dans des camps principalement dans celui d'Al-Hol (nord-est) où ils vivent dans des conditions difficiles. Parmi les rescapés, de nombreux ressortissants étrangers, issus de dizaines de pays. Les Etats-Unis offrent 25 millions de dollars pour la capture de l'homme le plus recherché au monde. Leur rapatriement fait toujours débat notamment au sein des États occidentaux.

La bataille contre l'EI était le principal front de la guerre aux multiples acteurs en Syrie qui a fait plus de 370.000 morts depuis mars 2011, le régime de Bachar al-Assad ayant reconquis près des deux-tiers du pays.

Articles Liés