Revivez l'acte 18 des "gilets jaunes"

Revivez l'acte 18 des

Plusieurs commerces ont été incendiés samedi après-midi sur les Champs-Elysées, où l'acte XVIII de la mobilisation des "gilets jaunes" a été marqué par un regain de violence, qui est allée crescendo au fil de la journée.

Des casseurs ont pillé samedi des boutiques sur les Champs-Elysées.

Maintenant, on va passer aux choses sérieuses: l'acte 18 arrive et ça, Macron, tu peux te méfier parce que ça va être un regain de mobilisation.

Auparavant le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner avait promis "la plus grande fermeté" contre les "professionnels de la casse et du désordre" ayant "infiltré les cortèges".

Un important incendie s'est déclaré dans un immeuble qui a dû être évacué avenue Franklin Roosevelt, près des Champs-Élysées.

Soixante-quatre personnes ont été interpellées, selon un décompte donné en début d'après-midi par la préfecture de police. Pour rappel, c'est dans ce prestigieux restaurant que Nicolas Sarkozy avait célébré sa victoire à l'élection présidentielle, un soir de 2007. Un des manifestants tente même de sortir par la force le conducteur du véhicule. Le parquet de Paris a fait état de 46 personnes en garde à vue à 13h30.


"Comment supporter l'impuissance de l'État devant ces violences répétées depuis des semaines?", a fustigé François-Xavier Bellamy, tête de liste des Républicains aux élections européennes, sur Twitter.

La chef du Rassemblement national, Marine Le Pen a condamné "les Black Blocs" qui "détruisent, brûlent, violentent toujours en toute impunité". Le quartier a été bouclé et l'incendie maîtrisé peu avant 14H00, a constaté un journaliste de l'AFP.

Quelque 5.000 membres des forces de l'ordre et six blindés de la gendarmerie avaient été déployés dans la capitale. "Les gilets jaunes ne lâcheront rien, il faut qu'ils le comprennent", a dit à l'AFP un manifestant masqué.

Selon les autorités, 14.500 personnes manifestaient dans toute la France à 13H00 GMT.

Paris s'enflamme. Depuis les premières heures de la journée, la capitale est en proie à des violents heurts et à de nombreuses dégradations, notamment autour des Champs-Elysées, rapportent Le Parisien et d'autres médias.

À l'origine des inquiétudes, un événement Gilets jaunes en particulier, prévu depuis plus d'un mois, qui circule sur les réseaux sociaux et les différents groupes Facebook: " Nous lançons un ultimatum au président Macron et au gouvernement, nous voulons que nos revendications soient respectées, nous appelons toute la France à monter sur Paris ", indiquent les organisateurs. Éric Drouet, figure du mouvement, a déclaré que le 16 mars servira à " poser les bases d'une montée en puissance du mouvement de révolte et l'inscrire dans la durée autant que dans la radicalité ".

Articles Liés