Le Maroc réagit — Manifestations en Algérie

Le Maroc réagit — Manifestations en Algérie

En témoigne la déclaration du ministère des Affaires étrangères parvenue à notre site cet après-midi, insistant sur l'"attitude de non-ingérence par rapport aux récents développements en Algérie", indique la même source.

Dans un communiqué, il a indiqué que le Maroc a décidé de ne pas s'ingérer dans le dossier algérien et d'expliquer par la suite, que le royaume chérifien n'a aucun intérêt à se mêler des affaires internes de l'Algérie.

Le Makhzen accuse "certains médias publiés en France et en Algérie", qu'il ne cite pas, de "chercher obstinément à impliquer le Maroc en lui prêtant des propos fallacieux et des positions dénuées de tout fondement (...) malgré cette posture claire et constante".

Le ministère marocain des Affaires étrangères s'acharne contre ces médias qui "ne lésinent sur aucun subterfuge, citant tantôt de prétendues sources anonymes au ministère, tantôt des sources proches de la diplomatie ou encore de soi-disant experts", en omettant de signaler que Rabat est passé maître dans la manipulation et la désinformation dont il se plaint aujourd'hui. Le Maroc revendique "le Sahara marocain" comme une partie intégrante, et historique, de son territoire, alors que l'Algérie, au nom de "la libre détermination des peuples" soutient les aspirations indépendantistes du Front Polisario.


Le "Hirak" algérien est entré dans sa cinquième semaine. Des assurances assorties, le plus souvent, de l'expression de bons sentiments d'amitié ou de voisinage qui les animent à l'égard de ce pays.

Néanmoins, celui-ci a gagné en ampleur, nonobstant les réponses apportées par le Président Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 20 ans et fortement diminué depuis le printemps 2013. Après avoir renoncé à son projet de 5e mandat, il mène des consultations à tous les niveaux pour faire baisser la tension.

Des centaines de milliers d'Algériens ont manifesté, vendredi dernier, contre la prolongation du quatrième mandat, en demandant le départ du "système", en référence à une nébuleuse qui regrouperait l'ensemble des "décideurs" appartenant aux sphères présidentielles, militaires, administratives et affairistes.

Articles Liés