Agathe Auproux: "Je me sens mieux dans ma vie"

Agathe Auproux:

Elle est revenue sur ce qui a motivé son choix de s'exprimer sur le sujet jeudi soir dans "Balance ton post", émission à laquelle elle a voulu continuer de participer après le diagnostic.

Je voulais absolument que personne ne soit au courant, car je m'étais dit que ça allait être peut-être plus simple à gérer.

Pour rappel, après avoir révélé qu'elle suivait une chimiothérapie depuis décembre, Agathe Auproux avait écrit en début de semaine en légende d'une série de photos la montrant à l'hôpital: "Je suis souvent à l'hôpital, je suis très fatiguée, je perds mes cheveux, j'ai un cathéter que je déteste placer sous ma peau".


J'ai fait mes premiers examens en septembre. J'en parlais très peu, voire jamais. Après avoir passé sa maladie sous silence, elle a décidé d'en parler sur son compte Instagram lundi 11 mars. La jeune femme de 27 ans se bat. J'étais en pleine négation. Et je vivais une espèce de double vie.

"Au fur et à mesure du traitement, qui est assez lourd mais que je supporte bien, ça devenait complètement schizophrénique. Ça devenait un peu compliqué à gérer pour moi ", analyse celle qui a reçu le soutien de nombreuses personnes. "Je me persuadais que je n'étais absolument pas malade". Elle considérait aussi que c'était "devenu malsain" de "dissimuler" les conséquences physiques du traitement comme la chute de ses cheveux. Je mettais des cols roulés tous les jours, je ne me mets plus cette pression. "Je vis beaucoup plus sereinement avec la maladie, sans lui laisser trop de place dans ma vie bien sûr mais je l'ai complètement acceptée donc je suis dans une démarche beaucoup plus honnête", conclut la jeune femme. "Ce qui m'a fait un bien fou c'est ce flot de réactions, de messages, de gens qui m'expliquaient être dans des cas similaires", dit-elle. Elle rapporte même: " Parmi les messages que je reçois, il y en a pas mal du corps médical, qui me disent que quand on a une petite voix comme moi c'est primordial de parler et de rendre ces maladies moins taboues ".

Articles Liés