Actualités Corporate: Les députés restaurent l'article autorisant la privatisation d'ADP

Actualités Corporate: Les députés restaurent l'article autorisant la privatisation d'ADP

L'article en question a été adopté par 42 voix pour, 17 contre. Après environ neuf heures de débats, les députés ont adopté, jeudi 13 mars dans la soirée, l'article 49 du projet de loi Pacte qui prévoit de supprimer l'obligation pour l'Etat de détenir la majorité du capital d'ADP. Ce cahier des charges prévoit notamment que l'État, qui possède 50,6% des parts d'ADP, attribuera une concession de 70 ans à l'issue de laquelle il reprendra la main sur toutes les infrastructures et le foncier. Pour les oppositions de droite et de gauche, la vente d'ADP représente "un choix stupide", "une vision court-termiste" et "un projet dogmatique et déraisonnable économiquement". Elles mettent en avant des arguments économiques autant que des questions de souveraineté ou de sécurité.

Des députés PS, PCF et LFI ont annoncé qu'ils saisiraient le Conseil constitutionnel, considérant que cela revient à privatiser "un monopole de fait", ce que prohibe le préambule de la Constitution.


Nuisances pour les riverains, investissements: le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a donné jeudi de nouveaux gages pour la privatisation critiquée d'Aéroports de Paris (ADP), que l'Assemblée nationale doit de nouveau valider jeudi. "Accusant l'État de vouloir " tuer la poule aux oeufs d'or ", à l'image de la privatisation des autoroutes devenues source de profits pour des multinationales, les opposants pointent les bons résultats d'ADP qui " a généré 175 millions d'euros de dividendes " pouvant " financer l'innovation ".

"La façon dont fonctionne aujourd'hui Aéroports de Paris est largement perfectible, je crois que vous le savez, je crois que tout le monde le sait", a affirmé le chef du gouvernement dans l'hémicycle, répondant à la cheffe de file des députés socialistes, Valérie Rabault, opposée à la privatisation.

Articles Liés