"Taxe Gafa" : Le Maire rejette les menaces de riposte USA

Comme prévu, l'Irlande, la Suède, le Danemark et la Finlande ont rejeté mardi cette initiative de législation européenne.

Ladministration Trump envisage même de saisir lOrganisation mondiale du commerce (OMC) en représailles afin de protéger les intérêts des entreprises technologiques américaines qui sont visées par linstauration dune éventuelle taxe GAFA, notamment Google, Amazon, Facebook et Apple.

Selon Chip Harter, responsable du Trésor et délégué pour les discussions fiscales internationales, " toute la base théorique des taxes sur les services numériques est mal conçue et le résultat est extrêmement discriminatoire à l'égard des multinationales basées aux Etats-Unis ". Dans tous les cas, la Maison-Blanche ne soutient pas la version française de la taxe GAFA.

L'OCDE est le fer de lance des négociations visant à forger un nouvel accord mondial sur la taxation des géants de la technologie et du numérique, qui déclarent souvent leurs revenus dans des pays à faible imposition, privant les autres pays de milliards de dollars de revenus.


Le gouvernement américain est en train de voir comment répondre aux projets des pays qui, comme la France ou le Royaume-Uni, ont l'intention d'instaurer une taxe sur les sociétés du numérique, a annoncé mardi un responsable du Trésor américain. Ce nest pas anti-américain, ce nest pas protectionniste.

Réagissant aux menaces des États-Unis, qui avertissent qu'ils porteront plainte contre la France pour la taxe dite "Gafa" qu'elle souhaite mettre en place, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a déclaré, mercredi matin sur LCI, que "ce chantage ne sert à rien".

Désormais, tous les regards sont tournés vers lOCDE (lorganisation de coopération et de développement économique) où des discussions sont en cours pour parvenir à un accord sur une taxe internationale sur les géants du numérique dici à 2020.

Articles Liés