Macron appelle à "une transition d'une durée raisonnable" — Algérie

Macron appelle à

"Maintenant il appartient évidemment à l'Algérie, dans les prochaines semaines et les prochains mois, d'assurer justement dans un délai raisonnable la tenue de cette conférence, et son débouché sur des propositions constitutionnelles qui, si j'ai bien compris, donneront lieu à un référendum et donc garantissent transparence, cadre démocratique et transition d'une durée raisonnable", a-t-il poursuivi.

"Pour l'ensemble des trois déplacements, il y a un enjeu de renforcement du partenariat économique", souligne-t-on à l'Elysée. Il sera accompagné par les patrons de GE-Alstom, d'EDF, d'Egis ou de Danone. C'est pourtant au bord du stratégique golfe d'Aden que se trouve le plus gros contingent de soldats hors de France (environ 1500 militaires).À mesure que Paris perdait de son influence, les Djiboutiens se sont rapprochés d'autres partenaires, comme les États-Unis, le Japon, mais surtout la Chine.

A Djibouti, la Chine a notamment financé la construction de ports et d'une ligne ferroviaire jusqu'à Addis Abeba. Et pour cause: il est résolument tourné vers l'Est, dans une région longtemps délaissée par les officiels français.

Emmanuel Macron qui sera en Ethiopie du 12 au 14 mars 2019, débutera son périple éthiopien à Lalibela, célèbre pour ses églises enterrées du XIIIe siècle, taillées dans la roche. Lors d'une visite à Paris en octobre 2018, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed avait demandé une coopération renforcée à la France sur ce site. Le concessionnaire a décroché, avec le fonds Meridiam, un contrat de 1,6 milliard d'euros sur trente ans pour construire et exploiter une autoroute entre Nairobi et Mau Summit.


Au Kenya, où Emmanuel Macron sera le premier président français à se rendre depuis l'indépendance du pays en 1963, trois milliards d'euros de contrats dans les secteurs du transport, des infrastructures, de l'énergie et de la ville durable seront signés.

Après Djibouti, M. Macron est attendu en Ethiopie dès mardi après-midi, puis au Kenya mercredi et jeudi, dernière étape de sa tournée en Afrique de l'Est.

Dans ce pays où les groupes français sont encore très peu présents, il leur faut encore convaincre de leur fiabilité et de leur capacité à tenir leurs délais, a expliqué un conseiller du président français. Un virage de la diplomatie française vers l'Afrique non-francophone, destiné notamment à contrecarrer l'influence grandissante de la Chine.

Articles Liés