Le Sénat américain bloque le financement d'urgence du mur, Trump répond "VETO"

Le Sénat américain bloque le financement d'urgence du mur, Trump répond

Face à la fronde, le président a immédiatement annoncé qu'il utiliserait son véto.

Pour la première fois de son mandat, Donald Trump doit dégainer son veto présidentiel pour sauver sa grande promesse de campagne malgré une majorité républicaine au Sénat (53 sièges sur 100).

Cependant, pour plusieurs sénateurs républicains, ce vote ne se limitait pas à la construction d'un mur à la frontière, mais en était aussi un sur la Constitution elle-même.

Le Sénat américain, contrôlé par les républicains, a rejeté lors d'un vote final jeudi 14 mars le financement d'urgence du mur que construit Donald Trump à la frontière mexicaine, assénant un cuisant revers au président qui a promis de riposter avec son premier veto.

C'est parce qu'ils estiment qu'il a piétiné, avec cette mesure d'"urgence nationale", les pouvoirs constitutionnels du Congrès que les 12 sénateurs républicains ont soutenu la résolution démocrate. Dans un tweet publié dans la foulée du vote, il a d'ailleurs écrit ce seul mot: "VETO!".

En cas de veto, le Congrès américain dispose du pouvoir de passer outre, mais il faut pour cela un vote à la majorité des deux tiers. Ces derniers jours, le nombre de républicains réfractaires n'a cessé de croître.


"Depuis des jours, sur Twitter et devant la presse, Donald Trump avait mis la pression sur les sénateurs de son camp afin d'éviter ce revers".

De leur côté, les partisans de Trump faisaient valoir qu'en proclamant l'état d'urgence, le président avait agi uniquement dans les limites de son autorité, en vertu de la Loi sur les urgences nationales, et qu'il prenait ainsi les mesures nécessaires pour régler la crise humanitaire et le trafic de drogue existant à la frontière.

Le président avait également tenté de justifier la constitutionnalité de sa décision de recourir à cette mesure d'exception pour obtenir quelque huit milliards de dollars pour le mur. Défendant l'un des projets les plus emblématiques de sa présidence, Donald Trump a juré de bloquer avec un veto la résolution adoptée.

Le Sénat, malgré une majorité républicaine, a annulé la situation d'"urgence nationale" décrétée par le président américain pour financer son mur à la frontière mexicaine. Peine perdue. Le sénateur et ex-candidat à la présidentielle en 2012, Mitt Romney a notamment décidé de voter avec les démocrates "en faveur de la Constitution". Alors que le Congrès refusait d'allouer une tranche de 5,4 milliards de dollars pour la construction de l'édifice, les Etats-Unis ont connu le plus long " shutdown " (une paralysie budgétaire qui a mis 800.000 fonctionnaires en congés sans solde) de leur histoire: 34 jours. Ils n'ont eu, en public, que des échanges plaisants et diplomatiques.

"Un vote en faveur de la résolution aujourd'hui par des sénateurs républicains est un vote en faveur de Nancy Pelosi, de la criminalité et des démocrates qui sont pour les frontières ouvertes!", a justement martelé peu avant ce déjeuner Donald Trump.

Articles Liés