Un taux en recul de 0,3 point au 4e trimestre 2018 — Chômage

Un taux en recul de 0,3 point au 4e trimestre 2018 — Chômage

Le taux de chômage est en recul de 0,3 point à 8,8% de la population active en France entière (hors Mayotte) au 4e trimestre 2018, son plus bas niveau depuis 2009, selon des chiffres provisoires de l'Insee publiés jeudi 14 février.

En France métropolitaine, le nombre de chômeurs diminue de 90.000 au quatrième trimestre, à 2,5 millions de personnes. Le taux de chômage baisse de 0,3 point à 8,5% et diminue fortement pour les jeunes, en particulier les hommes de 15 à 24 ans (-3,6 points). 2018 marque donc un net ralentissement des créations d'emplois dans le sillage de la croissance française, qui selon une première estimation de l'Insee fin janvier a plafonné à 1,5% sur l'ensemble de 2018, loin des 2,3% atteints l'année précédente. 2018 s'est donc terminée dans une tonalité un peu similaire à 2017, lorsque ce taux était aussi repassé sous la barre des 9% au quatrième trimestre.


En France métropolitaine toujours, parmi les personnes " inactives", 1,5 million souhaitent un emploi sans pourtant être considérées comme chômeurs au sens du BIT. Le taux de chômage y a baissé de 0,3 point, à 8,5 % de la population active. Elles forment ce que les statisticiens appellent le " halo autour du chômage ". Ce halo concerne environ 1,5 million de personnes. Enfin, le taux d'emploi, c'est-à-dire la proportion des 15-64 ans qui travaillent, augmente légèrement (+0,2 point) pour s'établir à 66,1%. Pour le taux d'emploi à temps complet, il s'agit du "plus haut niveau depuis 2003" selon l'Insee.

"C'est dû notamment aux réformes du marché du travail qui commencent à produire leurs effets", a poursuivi la ministre du Travail. "On voit que les employeurs, notamment les petites entreprises, n'ont plus peur d'embaucher, ça c'est l'effet des ordonnances". On voit qu'il y a plus de demandeurs d'emploi dans des formations de qualité, ça c'est le plan d'investissement dans les compétences. "Oui il y a une possibilité de vaincre le chômage de masse, continuons", a conclu Muriel Pénicaud.

Articles Liés