Vers des élections législatives anticipées en Espagne — Budget rejeté

Vers des élections législatives anticipées en Espagne — Budget rejeté

Le Parlement espagnol a rejeté mercredi 13 février le projet de budget 2019 présenté par le gouvernement du socialiste Pedro Sanchez, ouvrant la voie à des élections législatives anticipées dans le pays. Le 28 avril et le 26 mai, date des prochaines élections européennes, municipales et régionales, sont déjà évoqués dans la presse.

Un procès qui a tendu à l'extrême les relations entre le gouvernement et les indépendantistes catalans, dont les 17 députés, qui ont permis à Pedro Sanchez de faire son entrée à la Moncloa en juin en soutenant une motion de censure contre le conservateur Mariano Rajoy, lui étaient indispensables pour disposer d'une majorité.

"Il faut virer Sanchez", a renchéri le leader de Ciudadanos, Albert Rivera.

Cette défaite des socialistes sur le budget intervient au lendemain de l'ouverture à Madrid du procès historique de douze dirigeants indépendantistes catalans impliqués dans la tentative de sécession de la Catalogne de 2017. Pedro Sanchez avait besoin du vote des partis régionaux et donc des Catalans qui ont contribué à son élection.


Leurs discussions ont été rompues vendredi, les indépendantistes continuant à réclamer un référendum d'autodétermination pour la Catalogne, qui est une ligne rouge pour le gouvernement. Très tôt, les séparatistes avaient annoncé qu'ils ne le soutiendraient pas.

Si Pedro Sánchez n'est "pas obligé légalement" de convoquer des élections, une prorogation du dernier budget étant possible, il serait désormais "difficilement justifiable" de ne pas le faire politiquement, a indiqué l'analyste à l'AFP.

"Les (partis de) droite et les indépendantistes vont voter contre ce budget social". Comme ces trois formations l'ont fait pour chasser les socialistes du pouvoir dans leur fief d'Andalousie (sud), en janvier.

Articles Liés