Les assistantes maternelles manifestent en gilets roses — Rennes

Les assistantes maternelles manifestent en gilets roses — Rennes

Des rassemblements dans une trentaine de villes.

Une centaine de personnes ont manifesté à Paris, devant le ministère des Solidarités, tout comme à Rennes, à Toulon, ou encore à Bordeaux. Assistante maternelle depuis 11 ans à Sète, elle a prévu d'aller manifester ce samedi matin à Montpellier, avec sa poussette et un gilet rose, devant la permanence du député LaREM de l'Hérault. Les manifestants craignent que les négociations en cours, entre patronat et syndicats, sur l'indemnisation du chômage, ne se traduisent par une remise en cause des règles qui s'appliquent aux salariés en "multi-emplois", ce qui est le cas des assistantes maternelles lorsqu'elles travaillent simultanément pour plusieurs familles.


"Il suffit qu'un de nos employeurs dont l'enfant rentre à l'école nous retire les enfants, et en attendant de retrouver un contrat, Pôle emploi nous donne une indemnisation pour compenser la perte de salaire" pourquit-elle, "c'est cette indemnisation-là qui peut être diminuée ou supprimée, pour faire des économies, par la réforme de l'assurance chômage".

Un mouvement baptisé " Gilets roses " en référence à celui des Gilets jaunes qui a pour sa part peiné à se faire connaître. Le plus souvent, les "nounous" ne perçoivent cette allocation que pendant une brève période, rappelle-t-elle, par exemple l'été, entre le départ d'un enfant qui va faire son entrée en maternelle et l'accueil d'un nouveau bébé en septembre. Qu'elles cumulent ou pas, les revenus mensuels étaient assez proches, autour de 1.400 euros brut. En 2015, sur 105 000 assistantes maternelles, les deux tiers cumulaient salaire et allocation, selon les chiffres de l'Unedic.

Articles Liés