Affaire Benalla: la commission du Sénat reprend du service

Affaire Benalla: la commission du Sénat reprend du service

La presse avait révélé que l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron disposait toujours de passeports diplomatiques et qu'il effectuait des voyages d'affaires auprès de dirigeants africains, " alors même qu'il avait déclaré, lors de son audition sous serment du 19 septembre 2018, les avoir laissés dans le bureau qu'il occupait à l'Élysée ", a souligné la commission dans un communiqué. Enfin, celle de Vincent Crase, ex-employé LREM, chef d'escadron dans la réserve de la gendarmerie, et mis en examen pour "violences en réunion " dans le cadre de l'affaire Benalla interviendra en dernier.

Patrick Kanner, membre de la commission des Lois explique à franceinfo pourquoi le Sénat a décidé de reconvoquer Alexandre Benalla en audition. Sur ce point, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, sera également entendu dès ce mercredi. Les protagonistes de l'affaire Benalla sont à nouveau convoqués devant le Sénat.

"Les passeports diplomatiques visés par l'enquête ouverte par le parquet de Paris le 29 décembre 2018 ont été restitués ce matin à la BRDP (Brigade de répression de la délinquance contre la personne-NDLR) et saisis par les enquêteurs", a fait savoir le parquet à Reuters. "Nous devons arrêter cette commission, dont la durée de vie est de six mois, à la fin du mois de janvier, nous avons donc encore quelques jours pour approfondir notre travail et produire un rapport qui soit le plus complet possible puisqu'il y a quand même des éléments nouveaux", a indiqué Patrick Kanner.


Le gouvernement et le quai d'Orsay assurent avoir demandé à plusieurs reprises à Alexandre Benalla de remettre ces passeports diplomatiques.

Il avait aussi révélé avoir échangé des SMS avec M. Macron après son limogeage de l'Élysée fin juillet, ce que la présidence a confirmé pour deux messages succincts. Des affirmations venues contredire les explications de celui qui serait encore en contact avec Emmanuel Macron, puisqu'il expliquait en septembre dernier devant le Commission des lois que ses passeports diplomatiques étaient restés à l'Élysée.

Articles Liés