Changement de régime en Iran : l’ayatollah Khamenei se moque des américains

Changement de régime en Iran : l’ayatollah Khamenei se moque des américains

"Nous avons en effet découvert qu'il y avait de fortes indications que le gouvernement iranien était impliqué dans deux assassinats aux Pays-Bas en 2015 et 2017", explique Dick Schoof, coordinateur national de l'anti-terrorisme et du renseignement néerlandais.

Les sanctions sont prises à l'encontre de la "Direction pour la sécurité intérieure " du renseignement iranien et de deux responsables de cette division, dont son chef, Saeid Hashemi Moghadam, a indiqué le ministère danois des Affaires étrangères dans un communiqué. Elles prennent la forme d'un gel des avoirs financiers détenus en Europe par la branche du ministère iranien du Renseignement, placée sur la liste européenne des organisations terroristes, et de ceux de deux individus membres de cette organisation.

"Sur la base d'informations émanant de services de renseignement étrangers et de l'AIVD, les Pays-Bas estiment qu'il est probable que l'Iran a été impliqué dans (des préparations) de liquidations et d'attaques sur le territoire européen", ont-ils poursuivi.

"L'UE reste unie - de telles actions sont inacceptables et doivent avoir des conséquences", a-t-il ajouté. Israël s'oppose fortement à cet accord qui tente de réduire les capacités iraniennes en terme de de développement de l'arme nucléaire, en échange d'une levée de sanctions.


Le Danemark avait rappelé fin octobre 2018 son ambassadeur à Téhéran après avoir déjoué un projet d'"attaque" sur son sol contre des opposants iraniens.

Lors de la proclamation des sanctions mardi, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la France, l'Allemagne, le Danemark et la Belgique ont fait part aux autorités iraniennes de leurs "sérieuses inquiétudes ".

Israël, qui commente rarement les politiques de l'Union européenne au Moyen-Orient, a salué mercredi la déclaration de l'UE qui a fait savoir qu'elle sanctionnerait l'Iran. Les deux victimes, Ali Motamed, 56 ans, et Ahmad Molla Nissi, 52 ans, étaient des opposants au régime iranien.

Téhéran a alors protesté contre l'expulsion des deux diplomates, qualifiée de "geste hostile et destructeur", et a menacé les Pays-Bas de représailles.

Articles Liés