Accord trouvé pour accueillir à Malte 49 migrants bloqués en Méditerranée

Accord trouvé pour accueillir à Malte 49 migrants bloqués en Méditerranée

Ensuite, Malte a prié les navires des deux ONG de s'éloigner "immédiatement".

Malgré l'urgence de cette situation, et alors que le Haut-Commissariat aux Réfugiés vient de publier le chiffre de 2262 migrants morts en Méditerranée en 2018, aucun Etat européen n'a encore accepté de faire entrer ces embarcations dans l'un de ses ports. "Un accord ad hoc a été trouvé". Le Sea-Watch 3 a sauvé en mer 32 personnes au large de la Libye le 22 décembre, et le Sea-Eye 17 autres personnes le 29 décembre.

Les 49 migrants sont bloqués depuis dix-huit jours sur le Sea-Watch et le Sea-Eye, deux navires d'ONG allemandes qui ont été autorisés à s'abriter dans les eaux maltaises, mais pas à accoster sur l'archipel.

Les migrants seront répartis entre l'Allemagne, la France, le Portugal, l'Irlande, la Roumanie, le Luxembourg, les Pays-Bas et l'Italie, a précisé Joseph Muscat. Au final, 78 des migrants du premier groupe resteront à Malte, le plus petit pays de l'UE avec 450.000 habitants.


Les bateaux étaient dans les eaux maltaises depuis plusieurs jours dans l'attente qu'un port sûr puisse leur ouvrir ses portes. La route migratoire vers Malte ne connaît en outre pas de pic actuellement, et le gouvernement belge est en affaires courantes, ajoute ce porte-parole. Mais redoutant de voir les arrivées de migrants dans ses eaux se multiplier à l'avenir, Malte avait refusé la solution "à court terme" et cherchait une solution "plus complète et globale". "Nous voulons simplement que tous respectent les règles internationales que nous n'avons pas créées, nous", a assuré M. Muscat. "Il ne s'agit pas d'un discours contre les ONG, nous voulons simplement que tous suivent les règles", a-t-il insisté.

"Chaque heure passée sans règlement n'était pas une heure dont j'étais fier".

Le commissaire européen chargé des migrations, Dimitris Avramopoulos, s'est réjoui qu'une solution ait été trouvée pour permettre aux migrants de débarquer et a salué le geste de solidarité de Malte et des Etats membres. "Je suis et je resterai absolument opposé à de nouvelles arrivées en Italie", a réagi Matteo Salvini, également patron de la Ligue (extrême droite).

Articles Liés