Son neveu victime d’insultes et de menaces — Brigitte Macron

Son neveu victime d’insultes et de menaces — Brigitte Macron

En effet, depuis quelques jours, son neveu, Jean-Alexandre Trogneux, est victime d'insultes et de menaces, explique-t-il dans Le Parisien.

Si les "gilets jaunes" demandent la démission d'Emmanuel Macron, son épouse n'est pas non plus épargnée par ce mouvement. Il l'affirme: "J'ai l'impression d'être un bouc émissaire, un défouloir". Le fils de Jean-Claude Trogneux (le frère de Brigitte Macron récemment décédé, ndlr) est le propriétaire et le dirigeant de la chocolaterie familiale située à Amiens. Les salariés s'entendent dire que leur patron est un "salaud" et les vendeuses sont effondrées. "Il faut rétablir la vérité". Le résultat? Des manifestants en colère s'en sont pris à la chocolaterie, en insultant et menaçant son patron ainsi que ses vendeuses. Le neveu par alliance du président de la République donne des détails: "On crache sur la vitrine des magasins". Notamment, quelqu'un a menacé de "faire brûler" la chocolaterie.

"J'ai peur de l'acte d'un déséquilibré", a-t-il ajouté. Certaines personnes appellent à bloquer la chocolaterie, nous insultent moi et ma famille. "La seule et unique personne qui est responsable de la chocolaterie, c'est moi".


"Les réseaux sociaux sont malheureusement devenus un défouloir".

Pour protéger ses 40 salariés, Jean-Alexandre Trogneux a décidé de faire installer des caméras de vidéosurveillance et d'embaucher des videurs. Vendredi dernier, à la veille de la troisième grande manifestation des "gilets jaunes", Le Monde publiait un papier dans lequel la première dame s'exprimait sur les travaux de rénovation de la salle des Fêtes de l'Elysée, dont l'achat d'une moquette à 300 000 euros. Jean-Alexandre Trogneux a ainsi rapporté qu'il avait porté plainte contre un homme, inconnu des services de police, qui a été placé en garde à vue. Ces mesures ont toutefois eu un impact sur son chiffre d'affaires, qui a baissé.

Articles Liés