Plus d'un Français sur deux modifie ses habitudes d'achat — "Gilets jaunes"

Plus d'un Français sur deux modifie ses habitudes d'achat —

Selon un sondage réalisé par Opinion Way (*) pour le compte de Perifem, plus d'un consommateur sur deux (56%) a soit déjà modifié ses habitudes d'achat, soit prévoit de le faire. Le mouvement des gilets jaunes influe bel et bien sur les habitudes d'achats des Français.

Selon les personnes sondées, 82 % pensent que la mesure concernant la revalorisation des retraites serait la plus adaptée pour la cessation des manifestations des "Gilets Jaunes", contre 77% pour la revalorisation du SMIC et 71% sur le rétablissement de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF).

L'espoir d'un gel des prix du carburant justifierait l'arrêt des manifestations. Tel est le ressenti chez les retraités (82%), les classes aisées (79%) et moyennes supérieures (77%), ainsi que les personnes proches des Républicains (82%), du Parti socialiste (81%) et de La République en marche (80%), affirme le sondage. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points. La ligne économique est désapprouvée par la majorité des citoyens ("mauvaise" pour 75%, +8 pts), tandis que 81% ne sont guère optimistes quant à l'évolution de leur pouvoir d'achat d'ici 2022 (+7 pts).

BFMTV au cœur de l'actualité autour des Gilets Jaunes
TÉLÉ STAR Sondages exclusifs de Télé Star sur le traitement médiatique de l'actualité autour des Gilets Jaunes

Pour 65 %, les mesures annoncées " sont l'occasion pour les gilets jaunes d'ouvrir le dialogue avec le gouvernement ", selon cette enquête pour Public Sénat.

Les sondages se suivent et démontrent tous que la défiance envers Emmanuel Macron et Edouard Philippe persiste. L'approbation de la mobilisation reste par ailleurs élevée après les annonces d'Édouard Philippe, avec 72% des sondés qui ont de la sympathie pour le mouvement ou le soutiennent.

En France, après une première manifestation qui s'est déroulée le 17 novembre, des membres du mouvement des Gilets jaunes ont organisé le troisième acte de leur mobilisation le samedi 1er décembre. Dénonçant à l'origine la hausse des carburants, ils expriment désormais une colère sociale bien plus profonde. Elles ont fait 133 blessés, dont 23 membres des forces de l'ordre, et ont conduit au placement en garde à vue de 378 personnes sur les 412 interpellées, selon un bilan communiqué par la préfecture de police dimanche.


Articles Liés