Gilets jaunes: Un syndicat de policiers en grève par solidarité

Gilets jaunes: Un syndicat de policiers en grève par solidarité

"Nous sommes des êtres humains, et les gilets jaunes aussi". Un de leurs syndicats, Vigi-Ministère de l'Intérieur, a en effet lancé mercredi un appel à la grève illimité à partir de samedi afin de rejoindre le mouvement contestataire, rapporte jeudi Sud Ouest.

"Il est temps de s'organiser légalement et d'être solidaire avec eux, pour l'avantage de tous", peut-on lire. "Notre préoccupation est de boucler la fin du mois et non de changer les moquettes de l'Elysée pour 300 000€", explique Vigi. Il appelle à une grève illimitée des fonctionnaires exerçant des missions supports à partir de samedi 8 décembre, date de l'"Acte IV" de la mobilisation.

Surtout, l'organisation syndicale alerte sur les risques encourus par les fonctionnaires de police en cas de nouvelles violences le samedi 8 décembre. "Nous savons que nous aurons des blessés et nous craignons d'avoir des morts parmi nous".

Solidarité avec les "gilets jaunes", voilà le mot d'ordre: "Nous sommes concernés car nous faisons partie du peuple". Ils remettent notamment en question la "prime" exceptionnelle qu'a promis Emmanuel Macron aux forces de l'ordre mobilisées, "d'un montant inférieur du coût des heures sup' sur la journée du 1er décembre". "Pensez à vous, vos familles et vos proches".


En parallèle, Alexandre Langlois, secrétaire général de Vigi, a interpellé le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner: "Les personnels de tous les corps de la Police Nationale sont épuisés par une accumulation de plus de 25 millions d'heure supplémentaires". Il reproche par ailleurs au gouvernement d'avoir augmenté la CSG, gelé le point d'indice ou encore fiscalisé les indemnités de travail des CRS.

"Globalement nous voulons rencontrer le ministère de l'Intérieur pour étudier comment nous pouvons améliorer le pouvoir d'achat", termine Alexandre Langlois.

Dans le texte, il est proposé que les adhérents comme les ouvriers cuisiniers, les scientifiques, les techniciens, les adjoints administratifs se mettent en grève, leur absence visant à paralyser le fonctionnement des policiers opérationnels sur le terrain.

Articles Liés