Emmanuel Macron aurait pu supprimer la limitation à 80 km/h, mais…

Emmanuel Macron aurait pu supprimer la limitation à 80 km/h, mais…

Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé ce mardi 4 décembre des mesures d'apaisement en période de crise des " gilets jaunes ".

Plusieurs gilets jaunes se sont ensuite rassemblés devant la gendarmerie.

Le gouvernement fait face aux députés ce mercredi pour un débat thématique sur les gilets jaunes, qui ne sont pas satisfaits des annonces d'Edouard Philippe. Mais cela n'a pas suffi à calmer les ardeurs des plus en colère.

Le journaliste à Télérama Romain Jeanticou a fait un compte-rendu sur Twitter de cette visite mouvementée. "Comment peut-il encore espérer s'en sortir avec un bon vieux coup de 'dialogue social'?" "Trop peu et trop tard", a résumé le vice-président Les Républicains, Damien Abad.


Le gouvernement craint aussi une extension de la grogne à d'autres secteurs. Mardi, de nouveaux incidents ont éclaté devant des lycées de la région parisienne, et Marseille reste particulièrement touchée: sur 21 établissements perturbés, dix étaient en blocage total.

En attendant, la justice continue à faire son travail, alors que 412 personnes avaient été interpellées samedi rien qu'à Paris.

A Tarbes et à Narbonne, huit "gilets jaunes" ont été condamnés à des peines allant de trois mois à un an de prison ferme avec mandat de dépôt. A y regarder de plus près, ce gel des taxes de six mois nous mène au 1er juin 2019, soit une semaine après les élections européennes du 26 mai pour lesquelles Emmanuel Macron fait campagne. Le ministre a en outre promis, en cas de nouvelles manifestations samedi des " gilets jaunes ", des forces de l'ordre en nombre supérieur à celles mobilisées dans toute la France le 1er décembre, soit 65 000. La CGT et FO ont appelé les transporteurs routiers à la grève pour défendre leur pouvoir d'achat, dès dimanche.

Articles Liés