"Gilets jaunes" : la pénurie de carburants s'intensifie

Trois engins de chantier bloquaient les accès ce mardi, selon le directeur Marc Lhonoré.

Les dépôts de Brest (Finistère) et Lorient (Morbihan) sont bloqués à la suite d'un mouvement social d'entrepreneurs des travaux publics, précise la préfecture dans un communiqué diffusé dimanche soir.

La préfecture du Finistère a annoncé la mise en place, lundi, de restrictions sur les achats de carburant dans les stations-service face aux difficultés d'approvisionnement provoquées par le blocage de certains dépôts. Selon une procédure en référé, le tribunal de commerce de Lorient examine ce mardi "des assignations de transporteurs " impliqués dans le blocage. "Certaines stations sont en rupture de gazole et d'essence ", confirme-t-il, et d'autres "limitent les livraisons ".

À Brest, le dépôt pétrolier était lui aussi toujours bloqué par des "gilets oranges" (indépendants du BTP). Ils ont prévu de s'y rendre à une dizaine à 17 heures ce mardi. L'une des raisons de cette situation s'explique par le fait que des gilets jaunes ont coupé, dans le Var, la seule route permettant aux camions-citernes de rejoindre le dépôt pétrolier situé à Puget-sur-Argens.


Ce sont désormais 273 stations-service qui sont en rupture totale et 379 en rupture partielle, ce mercredi matin.

En comptant les stations en pénurie partielle, ce sont environ 700 stations qui sont impactées par ces blocages.

En Loire-Atlantique, les "gilets jaunes" menaient des opérations de barrages filtrants notamment à Saint-Nazaire, à proximité du port et Donges, près de la raffinerie Total.

Articles Liés