De nombreux manifestants condamnés après les violences — Gilets jaunes

De nombreux manifestants condamnés après les violences — Gilets jaunes

L'un a écopé de douze mois d'emprisonnement, dont neuf avec sursis, pour "violences aggravées".

Au Puy-en-Velay, les deux hommes étaient présentés en comparution immédiat.

Leur peine de prison ferme sans mandat de dépôt doit être aménagée avec le juge d'application des peines, a précisé la préfecture.

En 1639, il y avait déjà des "gilets jaunes"! Selon le journal local L'Eveil de Haute-Loire, il a été hué à sa sortie du bâtiment par un petit groupe de personnes, vêtues de gilets jaunes.

Des personnes avaient lancé, samedi, des projectiles enflammés de type cocktail Molotov déclenchant des feux dans la préfecture et dans d'autres locaux administratifs voisins, empêchant dans un premier temps les camions de pompiers d'arriver sur les lieux.


Apprenant la venue d'Emmanuel Macron, une vingtaine de manifestants s'étaient réunis devant les grilles de la préfecture.

A Marseille, le tribunal a prononcé des premières peines allant de quatre mois avec sursis à deux ans de prison ferme contre plusieurs suspects interpellés samedi sur le Vieux-Port, rapporte La Provence.

Les trois suspects sont poursuivis pour leur participation supposée "à un groupement formé en vue de la préparation d'acte de violences ou de dégradation" et/ou de "violences volontaires avec arme" sur les fonctionnaires de police ainsi que pour les faits de "dégradations en réunion de biens destinés à l'utilité publique". Plusieurs forces de l'ordre avaient également été blessées.

Pour autant, cette opération de communication n'a pas eu les effets escomptés pour l'exécutif, à quelques jours d'une nouvelle manifestation des Gilets jaunes qui devrait avoir lieu le 8 décembre.

Articles Liés