Macron n'a pas convaincu grand monde — Gilets jaunes

Macron n'a pas convaincu grand monde — Gilets jaunes

"Des petites aides pour les classes moyennes supérieures et les riches qui peuvent s'acheter des voitures et prendre des crédits, pendant que les petits trinquent", s'insurge auprès de l'AFP Ophélie, 38 ans, mère au foyer de six enfants, qui manifestait mardi en Bretagne (ouest). Je ne confonds pas les casseurs avec les citoyens qui veulent faire passer un message", a-t-il souligné, avant d'ajouter: "Je n'aurai aucune faiblesse à l'égard de ceux qui chercheraient la violence. Le chef de l'État a proposé une taxe modulable en fonction du prix du pétrole. Les plus radicaux d'entre eux appellent à la dissolution de l'Assemblée nationale, voire la démission d'Emmanuel Macron.

Concertation sur le terrainEmmanuel Macron a été clair: le gouvernement ne changera pas de cap.

"J'entends la colère qui a sa part de légitimité de nos concitoyens". [.] Le débat national doit pouvoir s'inscrire dans les territoires. Les casseurs présents parmi les Gilets Jaunes lors de la manifestation sur les Champs-Élysées le 24 novembre étaient-ils tous des extrémistes, comme a pu le laisser entendre le gouvernement? La popularité des Gilets jaunes continue en effet de grandir dans l'opinion publique: 75% des Français l'approuvent, et 81% jugent que l'exécutif n'est pas à l'écoute de ce mouvement, selon un sondage Elabe pour BFMTV publié mercredi.

"S'il y a une délégation représentative des gilets jaunes, alors je le ferai", a répondu sur RMC/BFMTV le Premier ministre.

L'électricien tricolore n'a d'ailleurs pas attendu l'autorisation de son actionnaire principal (à 83,5 %) pour élaborer plusieurs pistes: soit un EPR low cost, en revoyant le niveau de certaines exigences à la baisse; soit en développant le principe des SMR (small modular reactor), des réacteurs modulaires d'une puissance largement inférieure (moins de 300 MW, contre 1 650 MW pour l'EPR), dont certains éléments peuvent être assemblés directement en usine.


Les premières mesures annoncées par Edouard Philippe, comme l'extension du chèque énergie, la création d'une "super prime" à la conversion pour les véhicules diesel et la défiscalisation des aides à l'achat de carburant pour les collectivités territoriales, n'avaient pas suffi à apaiser le mécontentement. Quand ce n'est pas assez concret, tangible, simple, les gens ne l'utilisent pas. 9 milliards d'euros y sont consacrés dans le cadre du plan d'investissement.

Plus inquiétant pour Emmanuel Macron.

Ces annonces s'ajoutent le projet de fermeture des quatre dernières centrales à charbon d'ici 2022, mais il ne s'agit en réalité que de la confirmation d'une décision déjà prise. Cet objectif était à l'origine prévu pour 2025.

L'éolien et la géothermie pour l'Outre-mer?

Enfin, il a clairement pris position en faveur de l'énergie de l'atome. Il a ainsi évoqué un triplement de l'éolien terrestre et une multiplication par cinq du photovoltaïque d'ici 2030.

Le discours d'Emmanuel Macron et la promesse d'une grande concertation n'y ont rien fait.

Articles Liés