La fin du silence — Brigitte Macron

La fin du silence — Brigitte Macron

A l'occasion de la journée nationale de lutte qui lui est consacrée ce jeudi 8 novembre, la première dame a officiellement annoncé son engagement au micro de Marc-Olivier Fogiel sur RTL ce mercredi soir: " J'ai eu affaire très souvent dans ma vie à des enfants qui étaient harcelés, mais aussi à des élèves harceleurs.

C'est contre le harcèlement scolaire que s'engager car elle déclare à qui veut l'entendre que c'est un problème qu'elle connait bien. Et même depuis qu'elle n'enseigne plus, la première dame est exposée à cette souffrance: elle reçoit régulièrement des lettres " d'enfants, d'adolescents, mais aussi énormément de témoignages de parents qui sont très démunis devant cette souffrance engendrée par la violence du harcèlement ". Le fléau toucherait 10% des élèves à l'école primaire, 6% des collégiens et 1,4% des lycéens, selon le ministère de l'Éducation nationale.

" C'est la raison pour laquelle j'ai eu envie de m'investir, et Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Éducation nationale, m'a demandé de porter ce combat avec lui, ce que je fais avec grand plaisir", a-t-elle ajouté. Déjà au mois de mars, Brigitte Macron l'avait accompagné à Dijon lors d'un déplacement sur ce thème du harcèlement dans les collèges et les lycées.

Elle a également souligné "l'urgence de parler" pour les victimes, estimant qu'il y avait "toujours un adulte à côté pour les écouter". "Je le fais avec mon cœur sans avoir peur de tout dire", affirme Mika. "Or dire, ce n'est pas dénoncer", a martelé l'épouse du chef de l'État. C'est pourquoi, la première dame souhaite que Facebook, Twitter ou Snapchat prennent leur responsabilité. Des réseaux sociaux qu'elle estime responsables d'une hausse du harcèlement: "Avant, vous changiez l'enfant d'école et puis ça se tarissait".


"Selon elle, la prévention doit intervenir dès les premières années de scolarisation".

Côté pratique, Brigitte Macron souhaite agir dès le plus jeune âge dans les écoles: " Je voudrais aussi qu'à l'école, il y ait déjà un apprentissage de la bienveillance. On peut l'être à son insu, pour rire.

Le président américain et son épouse seront dimanche à Paris, avec plusieurs dizaines de chefs d'État et de gouvernement, pour la cérémonie du centenaire de l'Armistice.

Articles Liés