La DGAC fait saisir un avion à Bordeaux — Ryanair

La DGAC fait saisir un avion à Bordeaux — Ryanair

La Direction générale de l'Aviation civile (DGAC) a annoncé vendredi avoir obtenu la saisie conservatoire d'un avion de Ryanair jeudi à l'aéroport de Bordeaux-Mérignac, pour contraindre la compagnie au remboursement d'aides du syndicat mixte des aéroports de Charente.

Cette saisie "prise en dernier recours par les autorités françaises" fait suite à plusieurs mises en demeure et tentatives de récupération d'aides versées à la compagnie dans le cadre de son activité sur l'aéroport d'Angoulême de 2008 à 2009. La Commission européenne les avaient jugées illégales en juillet 2014.

Ryanair "s'est pratiquement engagée à nous payer dans la journée", a indiqué Didier Villat, réaffirmant que "cet avion ne redécollera" que quand Ryanair se sera acquittée de la somme.

Un deuxième contentieux. Ryanair avait au départ remboursé la moitié des subventions (plus de 900.000 euros en tout) mais avait refusé de payer les 525.000 euros restants en invoquant une "rupture de contrat" en 2010, un deuxième contentieux qui fait l'objet d'une action parallèle en justice entre les deux parties, selon Didier Villat. Ils ont tenté de négocier. "Je suis content", a-t-il affirmé, "content d'être dans la peau du petit qui fait valoir le droit".


A cette époque, Ryanair avait également demandé des aides supplémentaires, refusées par le département.

Par ailleurs, la compagnie annoncé jeudi un accord avec le syndicat allemand Verdi sur les conditions de travail et la rémunération du personnel navigant, qui sera soumis au vote des employés le 13 novembre.La compagnie aérienne irlandaise à bas coût peine à calmer la fronde de son personnel en Europe depuis qu'elle s'est résolue en décembre dernier à reconnaître pour la première fois des syndicats. - "Une question de principe" - Ryanair est une "société très riche (.)". Mais ils ont voulu en faire une question de principe. L'ordonnance a été notifiée au commandant de bord par un représentant de la préfecture accompagné d'un huissier. Ils étaient escortés par des membres de la gendarmerie des transports aériens. "Ceux-ci ont pu être acheminés vers leur destination le soir même par un autre vol de la compagnie Ryanair, avec 5 heures de retard". Et le B737 sera utilisé pour le vol en direction de Londres-Stansted de 18h00.

"A ma connaissance, ce type de saisie ne s'est jamais fait", a indiqué Didier Villat, "il y aura peut-être une jurisprudence Angoulême". L'avion restera immobilisé jusqu'au paiement de la somme réclamée.

Articles Liés